Aller au contenu principal

Le chantier General Dynamics Electric Boat de Groton, dans le Connecticut, s’est vu notifier, le 5 novembre, un contrat de 9.5 milliards de dollars couvrant l’ensemble des coûts de construction du futur USS Columbia (SSBN 826) ainsi que des approvisionnements long terme pour l’USS Wisconsin (SSBN 827). Ces bâtiments seront les deux premiers exemplaires de la  nouvelle génération de sous-marins nucléaires lanceurs d’engins (SNLE) de la marine américaine.

En tout, douze Columbia doivent être construits afin de succéder aux quatorze Ohio mis en service entre 1984 et 1997 et qui sont toujours employés comme SNLE, quatre autres ayant été convertis dans les années 2000 en plateformes de lancement de missiles de croisière et de déploiement de forces spéciales.

D’une longueur de 171 mètres, équivalente à celle de leurs ainés, les Columbia seront plus gros, leur déplacement en plongée devant approcher les 21.000 tonnes, contre 18.450 pour les Ohio. Leur armement stratégique sera pourtant moins important, avec 16 missiles balistiques Trident, alors que les actuels SNLE américains sont conçus pour pouvoir en embarquer 24.

 

144250 us navy snle ohio kentucky
© US NAVY

SNLE du type Ohio (© US NAVY)

184853 uss nebraska ohio trident 2-d5
© US NAVY

Tir d'essai d'un missile balistique Trident II-D5 depuis un Ohio (© US NAVY)

 

La construction de l’USS Columbia devrait débuter en 2021 en vue d’une mise en service à l’horizon 2031. La mise en chantier de son premier sistership est quant à elle prévue sur l’année fiscale 2024, l’ensemble des douze futurs SNLE américains devant intégrer l’US Navy d’ici 2042. Hors développement, le coût unitaire de ces sous-marins devrait être d’environ 7.5 milliards de dollars.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

Aller plus loin

Rubriques
Défense
Dossiers
US Navy / US Coast Guard