Aller au contenu principal

La marine américaine a annoncé, lundi 13 décembre, qu’elle testait un nouveau drone de surveillance à voile (Saildrone Explorer USV) dans le golfe d’Aqaba, dans le cadre de l’exercice Digital Horizon. Il a été lancé depuis la base navale jordanienne d’Aqaba d’où ce type de drone doit opérer. L'engin mesure 7 mètres de long, pour 4.87 de haut. Il dépend du vent pour sa propulsion, tandis que ses capteurs pour surveiller son environnement sont alimentés par des panneaux photovoltaïques.

Ce type de drones a été développé par la société Saildrone, basée à Alameda, en Californie. Il peut collecter des données océanographiques ou météorologiques, mais aussi servir à des fins de sécurité maritime, avec un système acoustique et des caméras notamment. Saildrone explique que ses systèmes sont sous la surveillance constante d'un pilote via satellite et naviguent de manière autonome d'un point de cheminement à un autre, en tenant compte du vent et des courants, tout en restant dans un couloir de sécurité défini par l'utilisateur.

 

270832 saildrone
© NAVCENT

(© NAVCENT)

 

Le NAVCENT (Navy Central Command, Commandement maritime américain de la zone du Moyen-Orient) a lancé la Task Force 59 en septembre pour intégrer des systèmes sans pilote et de l’intelligence artificielle dans l’environnement opérationnel de la 5e flotte américaine. En octobre dernier, il avait testé des drones de surveillance, de collecte d’informations et de reconnaissance de la société floridienne Martac, MANTAS T-12 (long de 3.6 mètres) dans le golfe persique, puis des MANTAS T-38 (longs de 11.6 mètres), au large de Bahreïn.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

270833 mantas t-38
© MARTAC

(© MARTAC)

 

Aller plus loin

Rubriques
Défense