Aller au contenu principal

Le groupe aéronaval emmené par le porte-avions USS Carl Vinson est entré en mer de Chine méridionale, a annoncé le 7 septembre le commandement de la flotte américaine du Pacifique. Ce dernier précise : « Pendant qu'il se trouve en mer de Chine méridionale, le groupe mène des opérations de sécurité maritime, qui comprennent des opérations aériennes avec des aéronefs à voilure fixe et tournante, des exercices de frappe maritime et un entraînement tactique coordonné entre les unités de surface et aériennes. Les opérations des porte-avions en mer de Chine méridionale font partie de la présence de routine de la marine américaine dans l'Indopacifique ».

Le destroyer Benfold croise dans les Spratleys povoquant la colère de Pékin

Une présence qui n’est évidemment pas du goût de Pékin. Dans un rapport de force devenu régulier avec les Occidentaux qui croisent dans ce qu’elle considère comme son pré-carré, la Chine a annoncé avoir mis ses forces armées « en état d’alerte » pour « protéger sa sécurité et sa souveraineté ». Le destroyer USS Benfold, qui évoluait déjà en mer de Chine méridionale cet été, a été accusé d’être entré mercredi dans les eaux du récif Mischief, qui fait partie des Spratleys, un archipel à la souveraineté contestée situé à 250 km des Philippines et occupé par les Chinois. Aux protestations chinoises, l’US Navy a opposé le droit : « Le 8 septembre, l'USS Benfold a revendiqué la liberté de navigation dans les îles Spratleys, conformément au droit international. Cette opération de liberté de navigation respectait les droits, libertés et usages légaux de la mer. L'USS Benfold a démontré que le récif Mischief, un haut-fond dans son état naturel, n'a pas droit à une mer territoriale en vertu du droit international ». On notera que le bâtiment avait conduit en juillet le même type d'opération, appelée par les Américains FONOP (Freedom Of Navigation Operation) dans les îles Paracels, un autre archipel du secteur à la souveraineté également contestée, avec à la clé les mêmes protestations de Pékin. 

En plus des Américains, le groupe aéronaval britannique est aussi dans la région

Le message de la liberté de naviguer dans les eaux internationales est le même pour le déploiement de l’USS Carl Vinson dans le secteur, le porte-avions étant accompagné d’une puissante escorte comprenant le Destroyer Squadron 1 (dont la composition n’est pas claire) renforcé du croiseur USS Lake Champlain, du destroyer USS Chafee et d’un Littoral Combat Ship (LCS) du type Independence, l’USS Tulsa. Une force aéronavale qui présente aussi la particularité de voir pour la première fois, au sein du groupe aérien embarqué du porte-avions, l’intégration des nouveaux F-35C, dont c’est le premier déploiement opérationnel. Et qui ont été mis en oeuvre pour la première fois en mer de Chine méridionale. 

 

260671 queen elizabeth coree
© ROYAL NAVY

Le groupe aéronaval britannique avec des bâtiments sud-coréens début septembre (© ROYAL NAVY)

 

C’est le 2 août que l’USS Carl Vinson a quitté sa base de San Diego pour un long déploiement dans la zone Indopacifique. Mi-août, alors qu’il était accompagné du croiseur USS Lake Champlain et de six destroyers du type Arleigh Burke, il a participé à un exercice au large d’Hawaii au cours duquel l’ancienne frégate USS Ingraham a été coulée. Il est ensuite arrivé le 28 août à Yokosuka, au Japon, non sans avoir juste avant interagi avec le groupe aéronaval britannique conduit par le porte-avions HMS Queen Elizabeth (qui embarque des F-35B américains et britanniques). Alors que ce dernier est passé en mer de Chine méridionale cet été et a aussi conduit des manœuvres avec la flotte nippone puis début septembre la marine sud-coréenne, la présence simultanée de deux groupes aéronavals occidentaux dans la zone agace prodigieusement la Chine.  

 

 

260672 queen elizabeth coree
© ROYAL NAVY

Le HMS Queen Elizabeth début septembre avec le LHD sud-coréen Dokdo (© ROYAL NAVY)

Aller plus loin

Rubriques
Défense
Dossiers
US Navy / US Coast Guard