Aller au contenu principal

Le marché portant sur la déconstruction des derniers sous-marins diesels de la Marine nationale devait être notifié ces temps-ci. Mais en raison de la crise du coronavirus, qui mobilise actuellement les services de l’Etat, y compris le ministère des Armées, son attribution a été reportée, a appris la rédaction de Mer et Marine. Parmi les candidats en lice se trouve Naval Group, déjà en charge de la déconstruction des anciens sous-marins français à propulsion nucléaire, pilotée par son site de Cherbourg.

Une coque à Toulon, deux à Brest

Trois anciens sous-marins classiques sont concernés, l’ex-Agosta, mis en service en 1977 et désarmé en 1997, l’ex-Bévéziers (1977 - 1998) et l’ex-La Praya (1978 - 2000). Le premier est en attente à Toulon,

Aller plus loin

Rubriques
Défense
Dossiers
Marine nationale