Aller au contenu principal

 

Les équipes de la Direction générale de l’armement (DGA) et de la société MBDA ont effectué avec succès le deuxième tir de développement du missile Antinavire léger (ANL - Sea Venom en anglais) pour le compte de la France et du Royaume-Uni, le 18 avril 2018, sur le site Méditerranée du centre DGA Essais de missiles. Il a été réalisé à partir d’un hélicoptère banc d’essai de type Panther de DGA Essais en vol sur une cible en mer, au large de l’île du Levant (83 - Var).

Le scénario joué était un tir à longue portée avec vol du missile à très basse altitude et accrochage de la cible en milieu de course (Lock On After Launch - LOAL). Cet essai a permis de valider plusieurs capacités du missile suivant un scénario représentatif de son futur emploi, notamment l’aptitude du missile à la navigation au ras de l’eau (sea-skimming) et le bon fonctionnement de la liaison de données entre le missile et l’hélicoptère.

Le programme ANL / Sea Venom  est une coopération franco-britannique qui s’inscrit dans le cadre du traité de Lancaster House signé par la France et le Royaume-Uni en novembre 2010. Destiné à équiper les hélicoptères Wildcat de la Royal Navy et les futurs Hélicoptères interarmées légers (HIL) de la Marine nationale, le missile ANL / Sea Venom permet de lutter contre un large panel de menaces de surface, depuis les vedettes rapides et manoeuvrantes jusqu’aux corvettes, y compris en environnement côtier. Il dispose du mode « tire et oublie » ainsi que de la capacité « homme dans la boucle » permettant de maîtriser le tir jusqu’à l’impact sur la cible.

Le programme ANL / Sea Venom constitue le premier programme commun qui tire pleinement parti des dispositions de dépendance mutuelle agréées dans le cadre de l’initiative «One Complex Weapon» visant à consolider l’industrie missilière franco-britannique autour de MBDA.

Communiqué de la DGA, 30/05/18

 

Aller plus loin

Rubriques
Défense