Aller au contenu principal

Emmené par le porte-aéronefs Viraat, le gros de la flotte indienne de l’ouest, soit une dizaine de grands bâtiments de combat, a rejoint en mer Rouge le Vikramaditya. Livré fin novembre par le chantier russe Sevmash, le nouveau porte-avions indien a franchi un mois plus tard le canal de Suez, escorté par une frégate du type Talwar et le pétrolier-ravitailleur Deepak. Son arrivée dans le port indien de Karwar est prévue à la mi-janvier.

 

 

83611 vikramaditya
© ROYAL NAVY

Le Vikramaditya lors de son passage au large des côtes britanniques (© : ROYAL NAVY)

 

 

D’ici là, il sera donc au centre d’une imposante force navale, dont la constitution permet à l’Inde de démontrer aux pays de la région la montée en puissance de sa marine. Celle-ci, en plein développement, compte actuellement 136 unités de combat, un format que New Delhi souhaite porter à 200 plateformes sous dix ans. Parmi elles, trois porte-avions, dont le Vikramaditya, le futur Vikrant en cours d’achèvement à l’arsenal de Cochin et un bâtiment dérivé.

Grâce à ses nouveaux programmes navals, l’Inde va renforcer sa position de sixième marine du monde, une place qu'elle devrait prendre cette année au détriment de la flotte française, qui sera surclassée en tonnage et tombera à la septième position (derrière les Etats-Unis, la Russie, la Chine, le Japon, le Royaume-Uni et l'Inde). 

 

Aller plus loin

Rubriques
Défense
Dossiers
Marine indienne