Aller au contenu principal

Certes, ce n'est pas un sujet très naval, mais c'est quoiqu'il en soit un évènement majeur pour la communauté de la Défense. Dix ans après le lancement du programme A400M, le plus important et le plus complexe mené jusqu’ici en Europe dans le domaine militaire, Airbus Military a officiellement célébré, hier, la livraison du tout premier appareil destiné aux forces.  Un avion livré à l’armée de l’Air française, qui est la première à disposer de ce nouvel outil. Pour marquer l’évènement, une grande cérémonie a été organisée dans la matinée sur le site espagnol d’Airbus à Séville, où les appareils sont assemblés. Industriels, militaires, politiques, presse… Des centaines de personnes étaient présentes pour fêter l’aboutissement d’un projet colossal, sauvé de justesse il y a quatre ans. En présence du prince Philippe d’Espagne et du président d’EADS, Tom Enders, le ministre français de la Défense a symboliquement pris livraison du premier appareil tricolore du type A400M. Jean-Yves Le Drian avait, auparavant, visité la chaîne d’assemblage final, en compagnie notamment de Michèle Alliot-Marie, invitée en tant qu’ancienne ministre de la Défense.

 

 

79391 a400m
© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU

La chaîne d'assemblage final  de Séville (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

79393 a400m
© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU

La cérémonie, hier à Séville (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

 

La délégation française a, ensuite, rejoint la base aérienne d’Orléans en A400M. C’est là que s’est déroulée dans l’après-midi la cérémonie officielle d’accueil de l’ « Atlas », comme on l’appelle désormais. A cette occasion, le premier avion de transport de nouvelle génération de l’armée de l’Air a été baptisé Ville d’Orléans. Petite subtilité, l’appareil n’a pas été livré hier mais au mois d’août et n’a pas rejoint Séville pour les festivités. Ce sont les A400M d’essais d’Airbus qui ont servi pour la cérémonie espagnole, ainsi que pour le transport des personnalités vers la base aérienne 123 d’Orléans-Bricy.

 

 

79394 a400m
© ARMEE DE L'AIR - JL BRUNET

L'A400M se posant sur la BA 123 d'Orléans-Bricy (© : JL BRUNET - ARMEE DE L'AIR)

 

79395 a400m
© ARMEE DE L'AIR - JL BRUNET

Baptême du premier Atlas français (© : JL BRUNET - ARMEE DE L'AIR)

 

 

Alors que la France a prévu de réceptionner un total de 50 Atlas (dont 15 d’ici 2019) afin  de remplacer ses C160 Transall, Airbus doit livrer le second appareil français dans deux semaines. Il rejoindra son aîné pour la phase d’évaluation et d’expérimentation, préalable à la mise en service opérationnelle.

Présentant des capacités nettement supérieures à celles de son aîné, l’A400M est conçu pour pouvoir atterrir et décoller sur de très courtes distances et sur des terrains non préparés. Il peut transporter d’importants charges (hélicoptères Tigre ou NH90, véhicules, y compris des blindés comme le VBCI) ou 116 passagers, avec une autonomie de 6400 km avec 20 tonnes en soute et 3300 km avec 37 tonnes.  Le nouvel avion servira également aux commandos marine dans le cadre des missions nécessitant l’aérolargage d’embarcations rapides (ECUME). 

 

 

79397 a400m
© ARMEE DE L'AIR - JL BRUNET

(© : AIRBUS MILITARY)

Aller plus loin

Rubriques
Défense
Dossiers
Airbus