Aller au contenu principal

Septième des huit nouvelles frégates multi-missions (FREMM) françaises et première de la série bénéficiant de capacités de défense aérienne renforcées, l’Alsace a été officiellement admise au service actif (ASA) lundi 22 novembre. Basé à Toulon, le bâtiment, dont la construction avait débuté en 2016 au chantier Naval Group de Lorient, a été livré en avril dernier à la Marine nationale. Cela, conformément au planning prévu malgré la crise sanitaire qui avait entrainé en 2020 une interruption temporaire des travaux. Son ASA intervient même plus rapidement que prévu, puisqu’on tablait plutôt initialement sur 2022, signe que la mise au point s’est bien déroulée. Jumelle de l’Alsace, la Lorraine, en achèvement à flot à Lorient, doit débuter ses essais en mer au premier trimestre 2022 pour une livraison en fin d’année. Elle sera comme son ainée basée à Toulon.

Appelés FREMM DA, ces bâtiments de 142 mètres et 6000 tonnes de déplacement en charge sont conçus pour mettre en œuvre 32 missiles surface-air Aster 15 et Aster 30, 8 missiles antinavire Exocet MM40, une tourelle de 76 mm, deux canons téléopérés de 20 mm, des torpilles MU90 et un hélicoptère Caïman Marine (NH90). Leurs moyens électroniques comprennent notamment un radar multifonctions Herakles, deux brouilleurs, des lance-leurres antimissile et anti-torpille, un sonar de coque UMS 4110 et un système remorqué Captas 4.

- Voir notre reportage complet à bord de l'Alsace

- Voir notre récent reportage sur le chantier de la Lorraine

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

 

Aller plus loin

Rubriques
Défense
Dossiers
Marine nationale Naval Group