Aller au contenu principal

Fait exceptionnel hors exercice, une frégate de la Marine nationale a ouvert le feu, avec son artillerie principale, contre des cibles terrestres. Cet engagement s'est produit en Libye dans la nuit du 7 au 8 mai. Les frégates Courbet et Jean Bart étaient alors en mission de surveillance au large des côtes libyennes lorsque le Courbet a repéré des tirs provenant d'une batterie de lance-roquettes placée sur la bande littorale, au sud-est de la ville assiégée de Misratah. Le bâtiment français a ouvert le feu avec sa tourelle de 100mm pour faire cesser le bombardement des populations civiles. Lors de cette opération, l'un des véhicules lance-roquettes, au moins, a été détruit. « Cette action souligne la complémentarité du volet naval avec la composante aérienne dans l'engagement français pour la mise en oeuvre de la résolution 1973 visant à protéger les populations civiles », explique la Marine nationale. L'engagement du Courbet démontre également l'intérêt de l'emploi du canon dans des actions littorales. Dans ce cas présent, l'artillerie a permis de neutraliser efficacement et à moindre coût la menace. Du type La Fayette, la frégate Courbet dispose d'une tourelle de 100mm modèle 68 aux formes furtives et à la technologie rénovée. Cette structure affiche un poids total de 22 tonnes, la cadence de tir du canon étant de 80 coups par minute et la portée maximale d'une vingtaine de kilomètres. Le guidage de la pièce est réalisé au moyen d'une conduite de tir CTM, qui peut pister une cible de jour comme de nuit. La tourelle peut être utilisée dans le domaine de la lutte antiaérienne, contre buts en surface ou sur une cible côtière. La frégate Courbet (© : MARINE - NATIONALE)

Aller plus loin

Rubriques
Défense
Dossiers
Marine nationale