Aller au contenu principal

Le premier des 17 avions d’entrainement Hawk destinés à  la marine indienne a été livré fin septembre par BAE Systems. Ces appareils font partie d’une commande de 57 Hawk notifiée par l’Inde en 2010 et s’ajoutant aux 66 avions de ce type déjà livrés entre 2007 et 2011 suite à un premier contrat signé en 2004. En tout, l’Inde a pour le moment commandé 123 Hawk (70 ayant été livrés) pour renouveler les moyens de formation et d’entrainement des pilotes de ses forces aériennes. Concernant le dernier contrat, 40 des 57 appareils sont destinés à l’armée de l’air indienne.  

 

80017 alpha jet
© ARMEE DE L'AIR

Alpha Jet français (© ARMEE DE L'AIR)

 

 

Une compétition qui avait débuté avec l’Alpha Jet

 

 

On rappellera que l’Inde a mis 20 ans avant de choisir son nouvel avion d’entrainement. Initialement, l’Alpha Jet français (mis en service en 1979) était en compétition avec le Hawk britannique (1976) mais Dassault Aviation a fini par jeter l’éponge, tant les discussions ont trainé en longueur. Faute de décision prévisible à court terme de la part de New Delhi, et suite à l’abandon du projet Alpha Jet M pour succéder au Fouga Magister de l’aéronautique navale française, la chaîne de production de l’Alpha Jet s’arrête au début des années 90 après avoir réalisé 512 avions, dont 329 à l’export (Allemagne, Belgique, Egypte, Maroc, Togo, Cameroun, Qatar, Nigeria, Côte d’Ivoire).

 

 

80018 t-45 goshawk
© US NAVY

Un T-45 Goshhawk sur un porte-avions américain (© US NAVY)

 

 

Troisième marine à opérer l’avion britannique

 

 

Les Britanniques, qui ont donc gagné par forfait, ont d’ailleurs peiné à maintenir leur chaîne de production jusqu’à ce que le contrat soit enfin notifié par l’Inde. Suite au contrat signé en 2004, les 24 premiers Hawk indiens ont été réalisés au Royaume-Uni par BAE Systems, les suivant étant fabriqués localement, en transfert de technologie, par HAL, qui a livré ses premiers exemplaires en 2008.  

On notera que L’Inde devient aujourd’hui le troisième pays à utiliser cet avion d’entrainement au profit de sa marine, après l’US Navy et la Royal Navy. Aux Etats-Unis, où son nom officiel est T-45 Goshawk, l’appareil a été adapté à la mise en œuvre sur porte-avions, où il est catapulté et apponte au moyen d’une crosse.

 

Depuis le début de sa carrière, il y a 47 ans, le Hawk, qui a été modernisé à plusieurs reprises, a été vendu à 18 clients pour un total de plus de 900 exemplaires. 

Aller plus loin

Rubriques
Défense
Dossiers
Marine indienne BAE Systems