Aller au contenu principal

Après les courts embarquements liés aux campagnes de tests, d’expérimentation et d’essais, le nouvel hélicoptère de la Marine nationale va, enfin, effectuer ses premiers grands déploiements sur frégates. L’Aquitaine et le Forbin doivent être les premières unités de la flotte à embarquer un Caïman Marine (NH90) sur une période significative. Basée à Brest, l’Aquitaine, tête de série du programme des frégates multi-missions (FREMM), va appareiller d’ici la fin du mois pour rejoindre Toulon et, à l’issue de différents essais, débutera une nouvelle phase de vérification de ses capacités opérationnelles, préalable à son admission au service actif fin 2013. Durant cette traversée de longue durée, qui durera trois mois et devrait conduire le bâtiment au Maroc, au Brésil, en Colombie, dans les Caraïbes, aux Etats-Unis, au Canada et en Islande, il est prévu que l’Aquitaine embarque un Caïman de la flottille 33F, basée à Lanvéoc-Poulmic (Finistère).

Prochainement, le Forbin, l’une des deux nouvelles frégates de défense aériennes de la Marine nationale, doit également embarquer pour plusieurs semaines un Caïman, provenant cette fois de la 31F, stationnée à Hyères, non loin de Toulon, où sont basées les FDA. Afin de préparer cet embarquement, une délégation du Forbin (officiers de quart aviation, équipe de pont d’envol, spécialistes de la lutte anti-sous-marine, équipe médicale…) s’est rendue le 10 janvier sur la base d’aéronautique navale varoise pour rencontrer la 31F et découvrir le nouvel hélicoptère et les capacités qu’il offrira à la frégate.

 

 

66165 fremm aquitaine nh90
© PHILIP PLISSON

Caïman sur l'Aquitaine (© : PHILIP PLISSON)

 

66160 fremm aquitaine nh90
© PHILIP PLISSON

Un Caïman et l'Aquitaine (© : PHILIP PLISSON)

 

Le Forbin (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

 

 

Jusqu’à 12machines en parc d’ici la fin de l’année

 

 

Capable de mener des actions de lutte sous la mer et au dessus de la surface, ainsi que des missions de surveillance et de sauvetage en mer (SECMAR), le Caïman présente des capacités bien supérieures aux hélicoptères qu’il est amené à remplacer (Super Frelon pour la fonction SECMAR, Lynx pour la lutte ASM), mais aussi des Panther, mis en œuvre par le Forbin et son sistership le Chevalier Paul depuis leur mise en service, en 2010 et 2011. Opérationnel depuis décembre 2011, le Caïman Marine, version française de l’hélicoptère européen NH90 dans sa variante embarquée (Nato Frigate Helicopter – NFH), a pour le moment été livrés à huit exemplaires à l’aéronautique navale. Actuellement, les flottilles 31F et 33F disposent chacune de trois machines, une septième étant en maintenance programmée chez l’industriel. La huitième, qui n’est autre que la première au standard 2, a rejoint le mois dernier le Centre d’expérimentations pratiques et de réception de l’aéronautique navale (CEPA/10S) avant d’être versée en flottille. Pour 2013, deux à quatre autres Caïman seront livrés à la marine française, qui doit disposer, à terme, de 27 appareils de ce type.

 

 

67832 nh90 caiman
© EUROCOPTER - A. PECCHI

Caïman Marine (© : EUROCOPTER- A. PECCHI)

Aller plus loin

Rubriques
Défense
Dossiers
Marine nationale Aéronautique navale