Aller au contenu principal

Onze ans après l’arrivée des premiers Caïman Marine au sein de l’aéronautique navale, la mise en service opérationnelle (MSO) de l’hélicoptère a finalement été prononcée le mois dernier, a appris Mer et Marine auprès de l’état-major.

C’est en décembre également qu’a été livrée par le consortium NH Industries la 27ème et dernière machine commandée jusqu’ici pour la flotte française.

La MSO du Caïman Marine achève un long processus débuté fin 2010 avec la mise en service des premiers appareils de ce type. Ils avaient pour mémoire été livrés à un standard provisoire, le Step A, afin de remplacer en urgence les vénérables Super Frelon pour les missions de sauvetage en mer. A partir de 2012, les Caïman Marine avaient été livrés au standard Step B, ouvrant une première capacité sur la lutte antinavire, puis progressivement les différentes capacités de lutte anti-sous-marine. En 2015, les nouveaux hélicoptères ont commencé à être réceptionnés en configuration radar finale (FRC), et enfin, depuis 2017, au standard global final, appelé MR1. Il a donc fallu attendre de nombreuses années pour que l’ensemble des capacités prévues pour cet hélicoptère soient qualifiées, conduisant la Marine nationale à prononcer en décembre 2021 la MSO du Caïman.

Pour mémoire, les machines adoptant les premiers standards sont progressivement portées au niveau MR1. Tous les Step A ont par exemple été déjà mis à niveau, cet important chantier de modernisation devant s’achever normalement fin 2023. Le travail se poursuit dans le même temps pour améliorer la disponibilité du parc de Caïman Marine, qui a été très faible ces dernières années du fait du poids du programme de retrofit des 20 premières machines, mais aussi de problèmes de maintenance. Un sujet épineux qui a notamment été évoqué à l’occasion de la visite vendredi dernier à Marignane, chez Airbus Helicopters (qui appartient au consortium NHI), de la ministre des Armées Florence Parly.

Dégagés des missions de sauvetage en mer avec l’arrivée, à partir de cette année, des H160 de la flotte intérimaire d’hélicoptères, les 27 Caïman Marine vont être entièrement consacrés aux embarquements sur les frégates multi-missions (FREMM) et le porte-avions Charles de Gaulle.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs. 

 

 

Aller plus loin

Rubriques
Défense
Dossiers
Marine nationale Airbus Helicopters