Aller au contenu principal

Après bientôt quatre ans et demi de discussions, Oslo et Berlin ont enfin notifié, le 8 juillet, la commande d’une série de six sous-marins du type U212CD, soit quatre pour la marine norvégienne et deux pour son homologue allemande. Ces bâtiments seront réalisés par le chantier TKMS de Kiel dans le cadre d’un contrat de 5.5 milliards d’euros, le plus important enregistré jusqu’ici par l’industriel allemand selon celui-ci.  La construction de la tête de série doit débuter en 2023 en vue d’une livraison en 2029 à la Norvège, alors que l’Allemagne doit réceptionner ses deux exemplaires en 2032 et 2034.

Le modèle U212CD (CD pour « Common Design ») mesurera environ 73 mètres de long pour 10 mètres de diamètre. Il s’agit d’une version améliorée et nettement agrandie des six sous-marins du type U212A (56 mètres de long, 7 mètres de diamètre) mis en service entre 2005 et 2016 dans la marine allemande (d'autres sont construits sous licence en Italie par Fincantieri pour la Marina militare).

 

149374 TKMS u35 allemagne type 212
© TKMS

L'U35, du type U212A, livré en 2016 à la marine allemande (© TKMS)

 

Le système de combat des futurs bâtiments sera développé par les groupes allemands TKMS et Atlas Elektronik, en coopération avec le Norvégien Kongsberg, auquel l’Allemagne a par ailleurs passé commande de missiles antinavire NSM Block 1A.

C’est en février 2017, à l’issue d’une longue et âpre compétition internationale, à laquelle participait notamment le Français Naval Group avec le Scorpène 2000, qu’Oslo avait finalement choisi d’établir un partenariat stratégique avec Berlin dans le cadre du renouvellement de la flotte sous-marine norvégienne.

 

234649 dynamic mangoose 2020 norvege
© NATO Photo by NORN PO Jakob Ostheim

L'un des sous-marins norvégiens du type Ula (© NATO Photo by NORN PO Jakob Ostheim)

 

Alors que la Norvège doit remplacer ses six bâtiments de la classe Ula, unités de 59 mètres du type 210 livrées entre 1989 et 1992 par l’Allemagne, celle-ci, partenaire historique du royaume scandinave, lui a proposé pour réduire la facture de partager les coûts de développement d’une adaptation à ses besoins du modèle U212A et de réaliser deux sous-marins pour son propre compte. Ce qui permet de garantir des économies d’échelle sur une série de six bateaux même si la Norvège n’en commande que quatre. Divers mutualisations et partenariats ont également été actés sur les plans industriel, opérationnel et en matière d’entrainement. Après quatre ans de négociations, les deux pays avaient conclu en mars dernier un accord sur les conditions générales d’un programme commun pour l’acquisition de six U212CD. Un accord qui s’est donc transformé en commande ferme.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

Aller plus loin

Rubriques
Défense
Dossiers
ThyssenKrupp Marine Systems - TKMS