Aller au contenu principal

BAE Systems a livré à la marine britannique le quatrième des cinq nouveaux patrouilleurs hauturiers (OPV) du type River Batch 2. Il s’agit du HMS Tamar, qui a rallié la semaine dernière la base navale de Portsmouth. Ses essais et l’entrainement de l’équipage vont se poursuivre en vue de sa prochaine mise en service.

Le HMS Tamar rejoint au sein de la Royal Navy ses trois premiers sisterships, les HMS Forth, HMS Medway et HMS Trent. Quant au dernier bâtiment de la série, il en est au stade des essais constructeur. Réalisés par le chantier BAE Systems de Govan, ces bâtiments sont une évolution des quatre patrouilleurs du type River, qu’ils remplacent : les HMS Tyne, HMS Severn et HMS Mersey et HMS Clyde, les trois premiers ayant été mis en service en 2003 et le quatrième en 2007. Trois ont déjà été désarmés (Tyne, Severn et Clyde) entre 2017 et 2019.

Plus grands et offrant des capacités supérieures, le River Batch 2 mesurent 90 mètres de long pour 13.5 mètres de large et affichent un déplacement de 2000 tonnes en charge. Capables d’atteindre la vitesse de 24 nœuds et de franchir 5500 milles à vitesse économique, avec une autonomie de 35 jours, ils sont armés par 40 marins, avec la capacité d’accueillir une soixantaine de personnes, par exemple des Royal Marines en plus de l'équipage.

 

182839 forth river royal navy
© ROYAL NAVY

Le HMS Forth, ici pendant ses essais en 2018 (© ROYAL NAVY)

 

Dotés d’un canon de 30mm, deux mini-guns et quatre mitrailleuses, les nouveaux OPV de la Royal Navy peuvent mettre en œuvre deux embarcations semi-rigides de 8 mètres du type Pacific 24. Une grue d’une capacité de 16 tonnes permet de manutentionner du matériel lourd, la plateforme arrière pouvant accueillir un hélicoptère Merlin (les bâtiments n’ont toutefois pas de hangar). Les River B2 sont conçus pour naviguer jusqu'à 320 jours par an.

En novembre 2019, le HMS Forth a remplacé le HMS Clyde comme patrouilleur de station aux Malouines. Le HMS Mersey est quant à lui actionnement positionné aux Caraïbes.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.  

Aller plus loin

Rubriques
Défense
Dossiers
Royal Navy BAE Systems