Aller au contenu principal

Vendredi dernier, la DGA a fait paraître via la centrale d'achat des marchés publics un avis de marché pour des patrouilleurs hauturiers. C’est donc la première étape de la procédure d’acquisition d’un premier lot de patrouilleurs destinés à l’Outre-mer. Pour mémoire, l’ancien programme Batsimar devait voir la réaliser un modèle unique de patrouilleur pour remplacer à la fois les différents patrouilleurs de la Marine et les avisos. Il a depuis été scindé en deux entre patrouilleurs d’Outre-mer (POM) et patrouilleurs hauturiers métropolitains (PHM).

L’avis de marché de vendredi concerne un lot de six patrouilleurs d’Outre-mer. Ils doivent être livrés entre 2022 et 2024 et seront comme leur nom l’indique basés dans les territoires ultramarins, à raison de deux exemplaires en Nouvelle-Calédonie, deux autres en Polynésie française et les deux derniers à La Réunion. Ils permettront notamment de remplacer les derniers P400, Le Malin et L’Arago.

L’avis nous apprend à titre indicatif que chaque patrouilleur mesurera à peu près 70 m, avec un tirant d'eau inférieur ou égal à 3,8 m et sera capable d'une vitesse de 22 nœuds minimum. L’équipage devra être de 35 membres et il sera aussi possible d’accueillir 18 passagers. De même, il pourra mettre en œuvre des plongeurs. Sa drome comprendra deux embarcations de 8 mètres et il disposera d’un local fermé pour un drone aérien à voilure tournante de la classe des 700kg. Il aura une capacité de manutention autonome et sera à même de transporter des armes et des munitions. Son autonomie sera d’environ 5500 nautiques avec des missions allant approximativement jusqu’à 30 jours sans ravitaillement. En plus de moyens de communication civils et mlitiares (VHF et satellite notamment), il disposera d'un système de visualisation tactique. Par contre, aucune information sur un armement embarqué n'a été publiée.

Le marché comprend les études, la réalisation et la fourniture des patrouilleurs ainsi que leur maintien en condition opérationnelle pour une durée de six ans. A cela s'y ajoute la fourniture de pièces de rechange, de la documentation et de la formation.

Aller plus loin

Rubriques
Défense
Dossiers
Marine nationale