Aller au contenu principal

En cale sèche à Toulon depuis février 2017 dans le cadre de sa refonte à mi-vie, le porte-avions Charles de Gaulle va bientôt ressortir des bassins Vauban. Il doit être remis à l’eau le mois prochain, les travaux se poursuivant ensuite à quai. Le bâtiment doit ensuite reprendra la mer en juillet, avec tout d’abord une phase d’essais afin de tester les installations, en particulier l’appareil propulsif. Puis, après les permissions d’été, ce sera la remontée en puissance avec de multiples entrainements et qualifications avec le groupe aérien embarqué, et enfin l’ensemble du groupe aéronaval, prévu pour être de nouveau pleinement opérationnel avant la fin d’année.

Pour préparer le retour à la mer du Charles de Gaulle, 350 marins sont actuellement aux Etats-Unis avec 12 Rafale Marine et un Hawkeye dans le cadre de la mission Chesapeake.

D’un coût de 1.3 milliard d’euros, la refonte du porte-avions français est placée sous la maîtrise d’œuvre de Naval Group et la maîtrise d’ouvrage conjointe de la Direction Générale de l’Armement (DGA) et du Service de Soutien de la Flotte (SSF). Ce chantier colossal mobilise, sur une durée de 18 mois, jusqu’à 2100 personnes, dont un millier côté industriel ainsi que 1100 membres d’équipage du Charles de Gaulle. 

Ce dernier, en plus du rechargement de ses deux chaufferies nucléaire et de la visite technique de la plupart de ses équipements, bénéficie de nombreuses modernisations, avec notamment une rénovation du système de combat et un central opération refait entièrement, ainsi que de nouveaux moyens électroniques, dont un radar SMART-S, qui a remplacé comme sur les frégates antiaériennes Cassard et Jean Bart précédemment l’ancien DRBJ-11B.

- Voir notre article détaillé sur la refonte du Charles de Gaulle

 

Aller plus loin

Rubriques
Défense
Dossiers
Marine nationale