Aller au contenu principal

Le Pégase, l’un des chasseurs de mines tripartites (CMT) de la Marine nationale basés à Brest, vient de participer à Northern Coasts 2021 (NOCO 21), manœuvres annuelles de l’OTAN organisées en mer Baltique. Un exercice créé en 2007 à l’initiative de l’Allemagne et qui était organisé cette année par la Suède, qui n’est pas membre de l’Alliance atlantique mais en est un partenaire actif. Y participaient selon les forces armées suédoises 30 bâtiments et une dizaine d’aéronefs, avec des unités provenant notamment des marines allemande, estonienne, française, lettone, lituanienne, norvégienne, polonaise et suédoise, dont voici une bonne partie photographiée par Giorgio Arra, avec d'abord les bâtiments suédois puis les alliés participant à l'exercice : 

 

261627 suede suedois corvette visby helsingborg
© GIORGIO ARRA

La corvette suédoise Helsinborg (© : GIORGIO ARRA)

 

Diaporama orphelin : container

 

261660 pologne chasseur de mines Kormoran
© GIORGIO ARRA

Le chasseur de mines polonais Kormoran (© : GIORGIO ARRA)

 

Diaporama orphelin : container

 

L’exercice, qui s’est déroulé au large des côtes suédoises et notamment autour des îles d’Öland et Gotland, a commencé par une phase de montée en puissance du 13 au 17 septembre, avant d’enchainer du 17 au 23 septembre avec cinq jours très denses durant lesquels la flotte a fait face à des scenarios complexes multi-menaces. Les bâtiments ont réalisé de nombreuses évolutions tactiques, des exercices de chasse aux mines, des tirs sur des cibles aériennes et de surface, ainsi que des manœuvres de ravitaillement à la mer.

La présence du Pégase, explique un officier de la Marine nationale à Mer et Marine, participe de la collaboration aux activités de l’alliance et des mesures d’assurance de la France envers ses partenaires de la Baltique.

Le Pégase, qui a fait escale dans la base navale suédoise de Karlskrona le 10 septembre, est maintenant sur le chemin du retour vers Brest. Il s’est arrêté hier à Copenhague, où il a reçu la visite du préfet maritime de l’Atlantique et de l’ambassadrice de France au Danemark. Un déplacement qui marque l’intérêt français pour l’Europe du Nord, de la Baltique au cercle arctique. La Marine nationale y a renforcé sa présence ces dernières et envoie très régulièrement des unités vers le Grand Nord notamment. C’est actuellement le cas de bâtiment de soutien et d’assistance métropolitain Rhône, qui fut en 2018 le premier navire français à franchir le passage du nord-est. Le BSAM, en mission dans le Nord depuis le mois d’août et qui est en escale dans le port norvégien de Tromso cette semaine, va bientôt regagner Brest. On notera aussi que cet été, deux officiers de la Marine nationale ont embarqué sur le nouveau fleuron de la compagnie française Ponant, Le Commandant Charcot, premier paquebot brise-glace de l’industrie de la croisière à bord duquel ils ont pu atteindre le pôle nord géographique. L’objectif était de comparer la navigation dans les glaces entre l’Antarctique, où évolue le patrouilleur polaire L’Astrolabe depuis 2017 et le cœur de l’Arctique, qui demeure une zone inconnue pour la flotte française. 

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

Aller plus loin

Rubriques
Défense
Dossiers
Marine nationale