Aller au contenu principal

Le cadet de la série des 17 anciens avisos du type A69 a fière allure après un arrêt technique majeur de six mois qui vient de s’achever à Toulon. La vieille coque du Commandant Bouan, lancée il y a 35 ans à Lorient, est impeccable après avoir été complètement nettoyée et repeinte, comme en témoignent les photos réalisées la semaine dernière par Jean-Louis Venne. Clairement, le bâtiment ne fait plus son âge après le sérieux chantier de remise à niveau dont il vient de bénéficier sous la conduite de CNN MCO, en charge de la maintenance des 9 unités du type A69 encore en service dans la Marine nationale.

 

191466 commandant Bouan
© MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE

Le Commandant Bouan à Toulon le 21 juin (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE) 

Diaporama

 

Mis à l’eau en avril 1983 et admis au service actif en octobre 1984, le Commandant Bouan mesure 80.5 mètres de long pour 10.3 mètres de large, son déplacement en charge atteignant 1410 tonnes. Conçus à l'origine pour la lutte anti-sous-marine côtière, les avisos étaient des plateformes très armées, avec quatre tubes lance-torpilles, un lance-roquettes ASM sextuple, une tourelle de 100mm, des canons de 20mm et des mitrailleuses de 12.7mm, puis des missiles antinavire Exocet (2 MM38 ou 4 MM40). Reclassés patrouilleurs de haute mer en 2009, ils ne conservent aujourd’hui que leur artillerie, ainsi qu’un emplacement pour un système surface-air Simbad (missiles Mistral).

Le Commandant Bouan fait partie des quatre unités de ce type basées à Toulon avec l’Enseigne de Vaisseau Jacoubet (mis en service en 1982), le Commandant Ducuing (1983) et le Commandant Birot (1984). Les cinq autres sont stationnés à Brest. Il s’agit des Lieutenant de Vaisseau Le Hénaff (1980) Lieutenant de Vaisseau Lavallée (1980), Premier-maître L’Her (1981), Commandant Blaison (1982) et Commandant L’Herminier. Ce dernier, mis à l’eau en même temps que le Blaison mais admis au service actif tardivement (1986) du fait de la mise au point d'un nouveau système de propulsion, sera désarmé cette année, tout comme le LV Lavallée.  En 2020, ce sera au tour du LV Le Hénaff, les autres devant prendre leur retraite entre 2023 et 2028.

Ils seront remplacés par une nouvelle génération de patrouilleurs de haute mer. Dix PHM NG doivent être réalisés pour succéder aux anciens avisos et aux trois patrouilleurs de service public du type Flamant, datant de 1997. Les deux premiers sont attendus en 2024/2025.  

 

Aller plus loin

Rubriques
Défense
Dossiers
Marine nationale