Aller au contenu principal

- Programme emblématique de la remontée en puissance des armées permise par la loi de programmation militaire 2019-2025, le programme HIL vise à remplacer cinq types d’hélicoptères contribuant à des missions de combat, de renseignement, de transport léger opérationnel, de soutien, de formation et de service public par un unique appareil, dérivé du H160.

- Les 169 appareils commandés seront répartis entre l’armée de Terre (80), la Marine nationale (49) et l’armée de l’Air et de l’Espace (40). Les livraisons débuteront en 2027.

- La production du Guépard irriguera toute la filière aéronautique française et contribuera à maintenir durablement plus de 2 000 emplois en France.

- Florence Parly, ministre des Armées, déclare : « En assurant le remplacement progressif de 5 types d’appareils différents dont certains sont en service depuis plus de 40 ans, le Guépard fournira à nos armées les moyens de mener de manière plus efficace leurs missions pour les 40 prochaines années. Ce programme pérennise les savoir-faire et les emplois d’Airbus Helicopters, leader européen des hélicoptères civils et militaires ».

Prévue par la Loi de programmation militaire (LPM) 2019-2025, la commande des 169 Guépard, dont les 30 premiers en tranche ferme, s’inscrit dans un marché global de dix milliards d’euros comprenant :

- le développement et la livraison de 169 aéronefs ;

- la fourniture du système de soutien et de formation ;

- le maintien en condition opérationnelle (MCO) pendant dix ans.

Le marché notifié comprend également en plus :

- la commande de dix hélicoptères H160 pour la Gendarmerie nationale, décidée dans le cadre du plan de soutien à l’industrie aéronautique, pour un montant de plus de 200 millions d’euros ;

- la commande au centre d’expertise et d’essais DGA Essais en vol d’un H160 futur hélicoptère banc d’essai pour assurer les essais en vol de mise au point, de qualification des équipements et des futurs systèmes d’armes.

Version militarisée du nouveau modèle H160 de la gamme d’hélicoptères civils de Airbus, le Guépard, remplacera les hélicoptères de type Gazelle, Alouette III, Dauphin, Panther et Fennec actuellement en service. Le concept de « flotte unique » permettra de mutualiser les coûts de développement entre les trois armées. Il rendra également possible l’optimisation du soutien en bénéficiant d’effets d’échelle, par exemple sur les stocks de pièces de rechange.

Après la phase d’avant-projet notifié en 2019 par la DGA à Airbus Helicopters et Safran Helicopter Engines, les travaux de développement dureront jusqu’en 2029. Les premières productions démarreront dès 2024.

Le soutien de l’appareil sera assuré par Airbus Helicopters pendant les dix premières années, à compter de la livraison du premier hélicoptère. Il s’inscrit pleinement dans la réforme du MCO aéronautique décidée par la ministre des Armées en décembre 2017 et mise en œuvre par la Direction de la maintenance aéronautique (DMAé). La responsabilisation de l’industriel dès la notification du marché pour des prestations de soutien en service garantit la disponibilité des appareils à un coût maîtrisé.

Grâce à l’ajout d’équipements spécialisés pour chaque armée, le Guépard pourra réaliser une grande variété de missions :

- Pour les 80 Guépard de l’armée de Terre : reconnaissance armée, appui-feu, infiltrations de forces spéciales, appui au commandement ;

- Pour les 49 Guépard de la Marine nationale : combat aéromaritime, protection et soutien de la force navale, actions spéciales navales, action de l’État en mer ;

- Pour les 40 Guépard de l’armée de l’Air et de l’Espace : surveillance et défense de l’espace aérien, recherche et sauvetage, appui-feu et renseignement.

Le lancement en réalisation du Guépard sécurise l’activité industrielle du site Airbus Helicopters de Marignane pour les 15 prochaines années. C’est un programme qui irriguera toute la filière aéronautique française, notamment ses PME sur l’ensemble du territoire avec 80% des fournisseurs des pièces du H160 installés en France, principalement dans le sud. Au total, plus de 2 000 emplois seront durablement localisés en France par le Guépard et ses dérivés à l’export.

Communiqué du ministère des Armées, 22/12/21

Aller plus loin

Rubriques
Défense