Aller au contenu principal

C’est sans doute le navire le plus secret de la flotte française, encore plus discret que le bâtiment collecteur de renseignements électromagnétiques Dupuy de Lôme, peint comme lui en blanc mais plus grand et surtout plus facilement repérable du fait de ses imposantes antennes. L’Alizé, pudiquement désigné par la Marine nationale comme « bâtiment de soutien à la plongée » et employé notamment pour les opérations spéciales, évolue depuis quelques semaines dans les eaux bretonnes. Lundi, il se trouvait dans la base navale de Brest. Une présence exceptionnelle puisque c’est a priori la première fois qu’il y passe depuis sa livraison il y a 15 ans. Construit par le chantier Socarenam de Boulogne-sur-Mer, l’Alizé s’était alors arrêté à Brest pour une présentation aux commandos du Centre parachutiste d’entrainement aux opérations maritimes (CPEOM), un site du

Aller plus loin

Rubriques
Défense
Dossiers
Marine nationale