Aller au contenu principal

Débutée le 26 février, la mission Jeanne d’Arc s’est achevée le 20 juillet avec le retour à Toulon du Dixmude et du Surcouf. Le bâtiment de projection et de commandement et sa frégate d'escorte ont mené à bien la 9ème mission du genre, qui a pris en 2010 le relais des anciennes campagnes d’application de l’ex-porte-hélicoptères Jeanne d’Arc, dont elle a repris le nom ainsi que la flamme de guerre.

 

192918 jeanne arc 2018 dixmude
© MER ET MARINE - FRANCIS JACQUOT

Le Dixmude lors de son retour à Toulon (© MER ET MARINE - FRANCIS JACQUOT)

193000 dixmude jeanne 2018
© MER ET MARINE - FRANCIS JACQUOT

Sur le pont du Dixmude lors de son retour à Toulon (© MER ET MARINE - FRANCIS JACQUOT)

192930 jeanne arc 2018 dixmude
© MER ET MARINE - FRANCIS JACQUOT

Sur le pont du Dixmude lors de son retour à Toulon (© MER ET MARINE - FRANCIS JACQUOT)

 

Diaporama

 

192939 jeanne arc 2018 dixmude
© MER ET MARINE - FRANCIS JACQUOT

Les familles attendant l'arrivée de leurs proches (© MER ET MARINE - FRANCIS JACQUOT)

192999 surcouf
© MER ET MARINE - FRANCIS JACQUOT

Le Surcouf passant devant un SNA lors de son retour à Toulon (© MER ET MARINE - FRANCIS JACQUOT)

 

Diaporama

 

Cérémonie de fin de mission Jeanne d'Arc le 19 juillet, avec les discours d'ALFAN et ALENAV (© MARINE NATIONALE)

 

Menée chaque année, à tour de rôle, par l’un des trois BPC de la Marine nationale, accompagné par une frégate du type La Fayette, cette mission comprend plusieurs objectifs principaux. Il s’agit d’abord d’assurer la formation à la mer des jeunes officiers élèves, qui vivent là leur premier grand déploiement dans un cadre interarmées et interalliés. Le groupe amphibie constitué à cette occasion remplit également une mission opérationnelle en étant pré-positionné dans des zones d’intérêts stratégiques pour la France. En cas de besoin, ces moyens peuvent ainsi être engagés dans des opérations militaires ou humanitaires.

Le déploiement comprend un important volet diplomatique et de coopération, via les différentes escales réalisées ainsi que de nombreux échanges et exercices avec des pays alliés ou riverains des zones traversées. Le groupe amphibie assure aussi une contribution à certaines opérations, comme la lutte contre la piraterie et les trafics illicites, ou encore le recueil de renseignements pour renforcer la connaissance des différentes zones. Cette mission permet aussi à la France de démontrer ses capacités de projection, renforcer ses moyens stationnés dans les territoires d’Outre-mer et, dans certains secteurs comme la mer de Chine, affirmer sa volonté de voir respectée la liberté de naviguer conférée par le droit maritime international. Les bâtiments et leurs équipages contribuent enfin au soutien à l’exportation d’équipements militaires français.

 

192977 jeanne arc 2018
© MARINE NATIONALE

Le Surcouf et le Dixmude ravitaillés par un bâtiment logistique américain (© MARINE NATIONALE)

 

Cette année, pendant cinq mois et demi, le Dixmude et le Surcouf ont navigué en Méditerranée, mer Rouge, océan Indien et jusque dans la zone Asie/Pacifique. Des échanges ont notamment été organisés avec l’Egypte, le Liban, Israël, Djibouti, l’Inde, l’Australie, la Malaisie, l’Indonésie, Singapour et le Vietnam.

En tout, quelques 500 militaires étaient embarqués sur les deux bâtiments, avec en plus des équipages 133 élèves officiers français et internationaux, un groupe tactique de l’armée de Terre fort de 150 hommes et appuyé par un détachement de l’ALAT comprenant deux hélicoptères Gazelle qui ont débarqué à Djibouti en mars. Un détachement aérien britannique, avec deux hélicoptères Wildcat et une trentaine de marins de la Royal Navy, est en revanche resté sur le BPC tout au long de la mission. Une participation britannique débutée en 2017 et qui sera amenée à se poursuivre dans le cadre du renforcement de la coopération militaire entre Paris et Londres.

 

192981 jeanne arc 2018
© MARINE NATIONALE

Manoeuvres amphibies (© MARINE NATIONALE)

 

45 soldats américains de l’US Marine Corps étaient par ailleurs présents entre Toulon et Djibouti, où ils ont participé avec les militaires français à l’exercice amphibie Wakri. Il s’agit là aussi d’entretenir les relations très fortes qui unissent la flotte américaine et la Marine nationale, les échanges s’étant multipliés ces dernières années.

 

192982 jeanne arc 2018
© MARINE NATIONALE

Wildcat britannique sur le Dixmude (© MARINE NATIONALE)

Aller plus loin

Rubriques
Défense
Dossiers
Marine nationale