Aller au contenu principal

Bientôt 18 mois après avoir perdu sa tête de mât alors qu’elle affrontait du gros temps dans le golfe de Gascogne, la frégate Latouche-Tréville a retrouvé une mâture complète. Haute d’une dizaine de mètres et déportée sur l’avant, la partie qui s’était brisée a été remplacée par une structure équivalente prélevée sur l’ex-La Motte-Picquet, bâtiment du même type désarmé au printemps 2020. Le remplacement a été effectué à l’occasion d’un arrêt technique à Brest, débuté le 9 mars et qui doit s’achever le 11 juin. Cette opération de prélèvement sur une autre frégate et de réinstallation a été moins simple qu’il y parait. Naval Group, en charge de l’arrêt technique, a mené des études pour dérisquer les travaux avant une phase de préparation des éléments de structure concernés et du matériel nécessaire à récupérer sur l’ancien La Motte-Picquet, en s’assurant de leur adaptation sur une autre frégate.

 

Aller plus loin

Rubriques
Défense
Dossiers
Marine nationale