Aller au contenu principal

Il a plutôt fière allure, l'ancien palangrier transformé en patrouilleur de la Marine nationale. Refondu chez Piriou, à Concarneau, Le Malin est arrivé à Toulon pour un bref passage avant de partir pour l'océan Indien. Cette semaine, il doit appareiller pour rejoindre son nouveau port base, à La Réunion, où il va remplacer le patrouilleur La Rieuse, cédé au Kenya. Long de 54 mètres pour un déplacement d'environ 1000 tonnes, Le Malin met désormais en oeuvre deux mitrailleuses de 12.7mm. Depuis La Réunion, où il devrait arriver dans le courant de la seconde quinzaine d'octobre, il effectuera notamment des missions de contrôle des pêches, de lutte anti-pollution, de sûreté maritime ou de recueil du renseignement d'intérêt maritime. Il pourra également être engagé dans la lutte contre la piraterie. Pour mémoire, cet ancien navire de pêche hondurien a été surpris en flagrant délit de pêche illicite au large des îles Kerguelen en juillet 2004. Saisi par les autorités françaises, il est devenu propriété de la Marine nationale en novembre 2005. D'abord désigné bâtiment de soutien il a, suite à sa refonte en Bretagne, été reclassé patrouilleur de service public (PSP) et, à ce titre, arbore sur sa coque les bandes tricolores de l'action de l'Etat en mer. Le Malin à Toulon (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE) Le Malin à Toulon (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE) Le Malin à Toulon (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

Aller plus loin

Rubriques
Défense
Dossiers
Marine nationale