Aller au contenu principal

Le nouveau porte-avions de la Royal Navy a appareillé de sa base de Portsmouth le 18 août pour son premier grand déploiement. Baptisé Westlant 18, il a débuté au large des côtes britanniques avec des manœuvres nationales destinées notamment à éprouver ses capacités d’assaut lors d’opérations amphibies et aéromobiles. A cet effet, des bérets verts du 42 Commando ont embarqué à bord du bâtiment, ainsi que des hélicoptères Merlin.

Alors que le HMS Queen Elizabeth s’était entrainé début août, dans le cadre de l’exercice Saxon Warrior, avec le porte-avions américain USS George H. W. Bush, la seconde étape du déploiement du nouveau bâtiment amiral de la Royal Navy va se dérouler aux Etats-Unis. C’est là, en septembre, qu’il va réaliser ses premiers tests avec des avions à décollage court et appontage vertical F-35B.

 

193743 queen elizabeth
© US NAVY

Lors de l'exercice Saxon Warrior début août (© US NAVY)

 

Le Royaume-Uni, qui a prévu d’acquérir 138 appareils de ce type pour les besoins de la Royal Air Force et de la Royal Navy, a pour le moment pris livraison d’une quinzaine de F-35B, produits par Lockheed Martin dans ses usines américaines. La formation des pilotes britanniques intervient aussi aux USA.  

Concernant les premières manœuvres de F-35B à bord du HMS Queen Elizabeth, deux appareils de l’Integrated Test Force (ITF), stationnée sur la base aéronavale de Patuxent River, dans le Maryland, seront utilisés sur le porte-avions britannique. S’y ajoutera une équipe dédiée aux essais de 200 personnes (pilotes, ingénieurs, techniciens…). Pendant cette campagne, prévue pour durer 11 semaines cet automne et qui s’achèvera par une escale de prestige à New York, 500 appontages et décollages sont prévus. Ces derniers sont réalisés au moyen d’un tremplin situé à l’avant du navire, les pilotes britanniques achevant actuellement leur entrainement sur une réplique terrestre de cette structure en vue de leur prochain embarquement sur le HMS Queen Elizabeth.

 

176389 royal navy f-35b
© MOD

Entrainement sur une réplique de tremplin à terre (© MOD)

 

Officiellement mis en service en décembre 2017, ce bâtiment ne sera pas apte au combat avant trois ans. Son premier déploiement opérationnel est aujourd’hui prévu en 2021, avec un groupe aérien embarqué mixte comprenant des F-35B britanniques mais aussi américains, avec des appareils provenant de l’US Marine Corps. Une solution transitoire en attendant que le Royaume-Uni dispose d’un nombre suffisant de nouveaux avions.

Capable d’embarquer jusqu’à 40 aéronefs, le HMS Queen Elizabeth devrait à terme avoir une chasse embarquée constituée de 24 F-35B, complétés par des hélicoptères, dont des machines d’alerte lointaine Merlin.

 

193651 queen elizabeth
© ACA

Le HMS Queen Elizabeth (© MOD)

 

Plus gros navire de guerre d’Europe, avec une longueur de 284 mètres pour une largeur de 73 mètres et un déplacement de 65.000 tonnes en charge, le HMS Queen Elizabeth sera suivi par un sistership, le HMS Prince of Wales. Mis à l’eau en décembre 2017 au chantier Babcock de Rosyth, en Ecosse, le second porte-avions britannique est en achèvement à flot et devrait débuter ses essais l’année prochaine.

 

193744 prince of wales
© DR

Le Prince of Wales en achèvement à flot cet été (© DR)

Aller plus loin

Rubriques
Défense
Dossiers
Royal Navy