Aller au contenu principal

Pendant plus d’un an, les ingénieurs de Naval Group ont planché sur l’avenir des sous-marins. Un travail qui va au-delà du simple « concept ship » puisqu’il a été conduit comme n’importe quel programme réel. « C’est un vrai bateau qui a fait l’objet de vraies études. Toute notre ingénierie et nos experts systèmes ont été mis à contribution, avec comme pour un programme classique des revues d’études à chaque phase, même si elles étaient plus allégées que pour un bateau que nous nous apprêtons à construire. Le processus s’est achevé mi-octobre avec une revue de faisabilité. Aujourd’hui, nous savons que l’architecture retenue est complètement viable et que le sous-marin pourrait être construit. Il manque simplement la maturité de quelques briques technologiques, comme les batteries et certains matériaux, mais les axes de recherche en cours rendent ce projet crédible pour les années qui viennent », explique Stéphan Meunier, ancien sous-marinier français et officier programme du Barracuda, aujourd’hui directeur du marketing opérationnel de Naval Group.

Un bâtiment très large à l’hydrodynamisme très poussé

Ce sous-marin du futur a été baptisé SMX 31. Il s’agit d’un bateau d’environ 70 mètres et 3000 tonnes. Il se distingue par son design très original, faisant appel au bio-mimétisme. « Il rappelle un

Aller plus loin

Rubriques
Défense
Dossiers
Naval Group Euronaval 2018