Aller au contenu principal

Avant de rentrer à Toulon ce vendredi à l’issue de la mission Clemenceau 21, le porte-avions Charles de Gaulle a, pour la première fois, rencontré en mer son nouvel homologue britannique, le HMS Queen Elizabeth. Les deux bâtiments ont évolué côte à côte et ont accueilli hier les grands chefs, avec la présence à bord de l’amiral Pierre Vandier, chef d’état-major de la Marine nationale, et pour la Royal Navy le first sea lord, l’amiral Tony Radakin. Ils étaient accompagnés de leur homologue de l'US Navy, le chef des opérations navales américaines, l’amiral Michael Gilday.

 

253382 queen elizabeth charles de gaulle cdg
© MARINE NATIONALE

Le Charles de Gaulle et le HMS Queen Elizabeth (© MARINE NATIONALE)

253384 queen elizabeth charles de gaulle cdg
© MARINE NATIONALE

Le Charles de Gaulle et le HMS Queen Elizabeth (© MARINE NATIONALE)

 

Les groupes aéronavals français et britanniques ont en effet intégré des bâtiments de l’US Navy, alors que l’US Marine Corps fournit 10 des 18 avions de combat F-35B embarqués par le HMS Queen Elizabeth pour son premier déploiement. Avant d’embarquer, les trois amiraux ont signé une déclaration commune qui, explique le ministère français des Armées, « réaffirme les liens uniques qui unissent les trois marines, tant d’un point de vue stratégique qu’opérationnel ».

 

253380 queen elizabeth charles de gaulle cdg
© MARINE NATIONALE

Les trois amiraux à bord du Charles de Gaulle hier (© MARINE NATIONALE)

253379 queen elizabeth charles de gaulle cdg
© MARINE NATIONALE

Les deux porte-avions survolés par un Hawkeye, quatre Rafale et quatre F-35B (© MARINE NATIONALE)

 

Parti le 22 mai de Portsmouth, le nouveau porte-avions britannique et son groupe aéronaval ont participé il y a quelques jours à l’exercice OTAN Steadfast Defender, réunissant au large du Portugal 19 bâtiments de 11 pays alliés, dont la FREMM française Normandie. L’escorte du HMS Queen Elizabeth s’est au passage enrichie de la frégate de défense aérienne italienne Andrea Doria, qui s’ajoute aux unités de la Royal Navy (un sous-marin nucléaire d’attaque du type Astute, les destroyers HMS Diamond et HMS defender, ainsi que les frégates HMS Richmond et HMS Kent), au destroyer américain USS The Sullivans et la frégate néerlandaise Evertsen, le soutien logistique de cette flotte étant assuré par deux ravitailleurs de la Royal Fleet Auxiliary, les RFA Fort Victoria et RFA Tidespring.  

 

253376 queen elizabeth otan Steadfast Defender
© ROYAL NAVY

Durant l'exercice Steadfast Defender (© ROYAL NAVY)

 

Diaporama orphelin : container

 

Le groupe aéronaval britannique va poursuivre sa mission vers la Méditerranée orientale, puis la mer Rouge, la région du golfe Persique, l’océan Indien et l’Asie du sud-est, avec un passage prévu en mer de Chine méridionale. Son retour au Royaume-Uni est prévu en fin d'année. 

Parti de Toulon fin février, le GAN français rentre quant à lui à Toulon après plus de trois mois de mission en Méditerranée et au Moyen-Orient, déploiement au cours duquel il a comme à son habitude maintenant participé aux opérations de lutte contre les groupes terroristes.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

Aller plus loin

Rubriques
Défense
Dossiers
Marine nationale Royal Navy