Aller au contenu principal

Les six destroyers lance-missiles du type 45 de la Royal Navy vont voir leurs capacités de défense aérienne sensiblement accrues avec l’intégration d’un système surface-air Sea Ceptor, avec 24 missiles CAMM, qui s’ajoutera au système Sea Viper basé sur 48 missiles Aster. La notification de ce contrat à MBDA a été annoncée le 6 juillet. Ce programme, d’un montant annoncé à 500 millions de livres, doit voir un premier T45 modernisé pour l’été 2026 et les cinq autres d’ici 2032.

Placés dans des cellules de lancement vertical, les 24 CAMMprendront place sur la plage avant des destroyers. Ils seront plus précisément installés près des actuels lanceurs Sylver où sont logés les Aster, là où un emplacement conservatoire avait été laissé disponible au moment de la construction des bâtiments, afin de leur permettre d’évoluer et notamment d’embarquer plus de missiles.

 

256642 t45 aster sea viper
© ROYAL NAVY

Un T45 tire un Aster depuis ses lanceurs Sylver (© ROYAL NAVY)

256643 t23 sea ceptor
© ROYAL NAVY

Tir d'un missile CAMM depuis une frégate du type 23 (© ROYAL NAVY)

 

D’une portée de 25 kilomètres, le Sea Ceptor, déjà en service sur les frégates du type 23 et qui équipera les futures T26 et T31, va compléter le Sea Viper pour traiter les menaces à faible distance, sachant que les Britanniques avaient à l’origine acquis nettement plus d’Aster 30 (portée allant jusqu’à 120 km) que d’Aster 15 (30 km). Leurs destroyers avaient par conséquent un tropisme plus important en défense lointaine.  Mais la Royal Navy estime que les nouvelles menaces imposent de muscler les capacités de défense antimissile rapprochée, sans obérer les capacités d’interception lointaine. D’où cette solution de combiner Sea Ceptor et Sea Viper, le second allant être probablement, dans le cadre du programme de modernisation de ce missile entré en service il y a 20 ans, être pour les Britanniques exclusivement basé à l’avenir sur l’Aster 30. La Royal Navy s’intéresse également à la version Aster Block1 NT qui offre une capacité de défense contre les missiles balistiques.

Mis en service entre 2009 et 2013, les HMS Daring, Dauntless, Diamond, Dragon, Defender et Duncan mesurent 152 mètres de long pour 21 de large et affichent un déplacement d’environ 7500 tonnes en charge. Capables d’atteindre 30 nœuds et armés par un équipage de 190 marins, ils ont comme mission principale la défense aérienne d’une unité précieuse, comme un porte-avions. En dehors de leur système surface-air, ils peuvent mettre en œuvre 8 missiles antinavire Harpoon, une tourelle de 114 mm, deux systèmes multitubes Phalanx et deux canons de 30 mm, ainsi qu’un hélicoptère Merlin ou Wildcat.

Ces bâtiments sont les équivalents des frégates franco-italiennes du type Horizon. Le programme avait d’ailleurs été initié par les trois pays dans les années 90, avant que le Royaume-Uni ne s’en retire en 1999, en maintenant cependant sa participation avec la France et l’Italie sur le système d’armes principal, le PAAMS, que la Royal Navy a baptisé Sea Viper. 

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

Aller plus loin

Rubriques
Défense
Dossiers
Royal Navy MBDA