Aller au contenu principal

Au lendemain de l’annonce de la commande, par les Emirats Arabes Unis, de 80 avions de combat Rafale et de 12 hélicoptères H225M à Dassault Aviation et Airbus Helicopters, l’activité du chantier Naval Group de Lorient est venue rappeler qu’un important contrat était déjà en cours entre Français et Emiratis. Il s’agit du programme des corvettes du type Goiwind destinées à la marine des EAU. Il avait été annoncé en 2017 et est entré en vigueur en 2019, avec une commande ferme de deux unités à réaliser en France et une option pour deux bâtiments supplémentaires.

Samedi 4 décembre, la tête de série, nommée Bani Yas, a été mise à l’eau et est sortie de la forme de construction du chantier morbihannais de Naval Group, où la corvette a été assemblée ces derniers mois. Elle a rejoint le quai d’armement du chantier, où son achèvement va se poursuivre en vue d’une livraison en 2022 à la marine émiratie. Le bâtiment va notamment recevoir son PSIM (Panoramic Sensors and Intelligence Module), structure réalisée indépendamment qui regroupe en un seul bloc une mâture intégrée avec les principaux senseurs et sur sa partie basse le Central Opérations du bâtiment et des locaux techniques. Un module déjà en cours d’essais.

 

Diaporama orphelin : container

 

269707 gowind emirats bani yas
© LE TELEGRAMME - CELINE LE STRAT

La corvette Bani Yas sortant de la forme de construction de Naval Group (© : LE TELEGRAMME - CELINE LE STRAT)

 

La seconde corvette commandée par les EAU est déjà en cours d’assemblage et sera mise à l’eau l’année prochaine pour une livraison en 2023. La place libérée par le Bani Yas dans la forme de construction va permettre à Naval Group de débuter l’assemblage de la première des nouvelles frégates de défense et d’intervention (FDI), dont la mise sur cale devrait intervenir la semaine prochaine (il s’agit du futur Amiral Ronarc’h, qui sera livré en 2024 à la Marine nationale).

Concernant les Gowind émiraties, ces corvettes de 102 mètres de long pour 16 mètres de large et 2800 tonnes de déplacement à pleine charge pourront dépasser la vitesse de 25 nœuds et auront une autonomie de trois semaines. Capables d’accueillir 95 membres d’équipage et personnels supplémentaires, elles seront équipées d’un sonar de coque ainsi qu’un sonar remorqué, et pourront mettre en œuvre un hélicoptère de classe 10 tonnes, des drones aériens Camcopter S-100 et deux semi-rigides de 7 mètres. L’armement comprendra notamment des missiles antinavire Exocet MM40 Block3C et un système surface-air ESSM. Le système de combat est le SETIS de Naval Group. 

 

229225 gowind egypte elfateh
© JEAN-CLAUDE BELLONNE

Corvette du type Gowind, ici l'Elfateh de la marine égyptienne (© : JEAN-CLAUDE BELLONNE)

 

Le Bani Yas est la seconde corvette du type Gowind construite à Lorient après l’Elfateh, livrée en 2017 à l’Egypte. Trois autres unités pour la marine égyptienne sont réalisées en transfert de technologie par Alexandria Shipyard, avec l’assistance de Naval Group. Mise à l’eau en septembre 2018, la première (Port Said), a été livrée en janvier dernier alors que la seconde (El Moez), lancée en mai 2019, doit l’être tout prochainement. Suivra le Luxor, mis à l’eau en mai 2020.

Pour mémoire, la Malaisie avait également adopté le modèle Gowind en 2011, mais dans une version plus grande, dans le cadre d’un programme de six bâtiments à construire au chantier Boustead Naval Shipyard de Lumut, au nord-ouest de Kuala Lumpur. Ce projet, que les Malaisiens ont voulu piloter par eux-mêmes, a toutefois rencontré d’importantes difficultés, et n’a toujours pas abouti.

Naval Group a également proposé la famille Gowind à d’autres marines, dont récemment la Grèce, pour laquelle l’industriel doit réaliser trois à quatre FDI. Ce contrat doit d’ailleurs être bouclé ce mois-ci en vue d’une livraison des trois premières frégates grecques par le site de Lorient en 2025 et 2026. S’y ajouteront les cinq FDI françaises, avec pour commencer l’Amiral Ronarc’h en 2024, puis si la commande hellénique est confirmée l’Amiral Louzeau en 2026, l’Amiral Castex en 2027, l’Amiral Nomy en 2028 et l’Amiral Cabanier en 2029.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

Aller plus loin

Rubriques
Défense
Dossiers
Naval Group