Aller au contenu principal

Le programme de rénovation à mi-vie (RMV) de trois des cinq frégates françaises du type La Fayette (FLF) débute avec la mise en cale sèche du premier bâtiment à bénéficier de cette modernisation, a appris Mer et Marine. Il s’agit du Courbet, qui est entré au bassin lundi 5 octobre à Toulon. Le chantier, qui durera 10 mois (essais compris), est conduit à l’occasion d’un arrêt technique de la frégate. Avec la particularité de voir deux industriels principaux intervenir. Ce sont en effet les Chantiers de l’Atlantique qui assurent depuis 2017 le maintien en condition opérationnelle des FLF et vont donc réaliser les travaux classiques de maintenance. Mais, bien qu’ayant perdu leur MCO il y a trois ans, Naval Group, concepteur et constructeur de ces frégates livrées entre 1996 et 2001 à la Marine nationale, a été désigné comme maître d’œuvre du programme RMV. Il sera donc en charge de tout le volet consacré à la refonte. Ce qui a nécessité pour l’entreprise un an de conception et deux autres de développement et de préparation. Entre les travaux de MCO et la RMV, toutes les tranches des bâtiments sont concernées, de la proue à la poupe avec notamment l'installation d'un bloc de coque préfabriqué à Lorient qui accueillera le sonar dont vont être équipées les trois FLF rénovées.

Le Courbet sera donc le premier bâtiment de la série à bénéficier de cette RMV, à l’issue de laquelle il sera de nouveau opérationnel au second semestre 2021. Suivront les La Fayette et Aconit, qui seront modernisés en 2022 et 2023, normalement dans cet ordre, sauf contrainte opérationnelle.

Prolonger la durée de vie de 30 à 35 ans

Ce chantier a vocation à prolonger la durée de vie de ces frégates de 30 à 35 ans et maintenir leurs capacités opérationnelles en attendant l’arrivée

Aller plus loin

Rubriques
Défense
Dossiers
Marine nationale Naval Group