Aller au contenu principal

Vêtements, bagagerie, accessoires… La nouvelle boutique de la Marine nationale est accessible en ligne depuis hier matin, au surlendemain de l’annonce par l’institution du lancement de sa marque commerciale. Cela, alors qu’on célèbrera dans cinq ans le quadri-centenaire de la création de la marine royale par Richelieu, qui fonda et organisa à partir de 1626 la première véritable marine d’Etat en France et le développement des arsenaux pour soutenir son développement.

« Cette marque a un objectif de rayonnement et nous voulons par ce biais entrer dans le quotidien des Français, si possible au-delà du milieu maritime », explique à Mer et Marine le capitaine de vaisseau Eric Lavault, commandant du service d’information et de relations publiques de la Marine nationale, qui pilote le projet depuis l’été 2019.  La marine s’est inspirée d’initiatives équivalentes déjà mises en place par d’autres institutions, comme la Gendarmerie nationale. Un nouveau logo a été imaginé, et décliné pour six grandes composantes de la flotte : les forces de surface, les sous-marins, l’aéronautique navale, les fusiliers-marins et commandos, le bagad de Lann-Bihoué et l’école des mousses. Et sur la base de ces différents univers, une ligne de produits a été créée et est commercialisée, en partenariat avec des entreprises françaises comme Saint James, Captain Corsair, Yema, les Éditions de la Martinière, MOS Nutrition, Le Parapluie de Cherbourg, 727 Sailbags et Le Pompon de Brest.

La valorisation et la monétisation de la marque « Marine nationale » a été confiée à l’issue d’un appel d’offres à un agent de licence, en l’occurrence la société Publi Voile. La première année, les partenaires tablent sur un chiffre d’affaires d’environ 2 millions d’euros, dont la marine récupèrera quelques pourcents. « Cet argent contribuera à financer des projets liés à l’amélioration des conditions de vie des marins, les bénéfices étant aussi reversés aux œuvres sociales de la marine ».

Pour l’heure, la boutique comprend une soixantaine d’articles, l’objectif étant de développer leur nombre au fil du temps. En dehors du site de commercialisation en ligne, ces produits ont vocation à être vendus dans différents espaces, comme le Musée de la Marine et l’Hôtel de la Marine, ainsi que les cercles et foyers de marins situés dans les ports français. Il y aura également une boutique itinérante présente sur de grands évènements populaires, par exemple pour les festivités du 14 juillet, le Tour de France à la voile ou encore le départ de la Transat Jacques Vabre. Dans un second temps, une partie des articles pourrait également être commercialisée par les coopératives des bâtiments de la flotte, avec par exemple des ventes lorsque les visites des navires pourront reprendre lors des escales.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

Aller plus loin

Rubriques
Défense
Dossiers
Marine nationale