Aller au contenu principal

La PME varoise Marine Tech est en train d’achever un petit drone de surface destiné à la Marine nationale, a appris Mer et Marine. Cet engin, conçu pour effectuer des missions hydrographiques, sera livré prochainement à la Direction Générale de l’Armement, qui a notifié ce marché le 22 décembre 2020 suite à un appel d’offres émis en 2019. Le contrat et ses options pourront aller jusqu’à 20 drones. « L’objectif est d’expérimenter l’emploi de petits drones de surface destinés à effectuer des levés bathymétriques par des profondeurs allant au moins jusqu’à 250 mètres au profit d’activités opérationnelles de la Marine. Deux modes d’emploi sont envisagés : l’un autonome et l’autre téléguidé. La tranche fixe de ce marché prévoit l’acquisition d’un drone de surface et son maintien en condition opérationnelle pendant 3 ans. Des tranches optionnelles sont prévues permettant de pouvoir acquérir jusqu’à 20 drones au cas où l’expérimentation s’avère concluante. La livraison du premier drone est attendue fin 2021/début 2022 », explique à Mer et Marine la DGA.

L’engin retenu est une adaptation aux besoins des militaires français du RSV (Remote Survey Vehicle) Dolphin, l’un des drones à propulsion électrique développés par Marine Tech pour des opérations de surveillance ou des missions hydrographiques et océanographiques. Ces engins disposent d’un système de positionnement et une caméra HD. Ils peuvent être dotés d’équipements (sondeur de sédiments, sondeur multifaisceaux, sonar à balayage latéral...) permettant de réaliser des levés hydrographiques 2D/3D, de la détection d’objets immergés (épaves, pipelines, mines…), réaliser des mesures géophysiques, de salinité de l’eau, des courants marins ou encore la surveillance et le suivi de travaux sous-marins. Certains sont même en mesure de déployer un robot téléopéré (ROV). Leurs moyens de communication leur permettent de transmettre en temps réel les données recueillies ou de les enregistrer

Aller plus loin

Rubriques
Défense
Dossiers
Marine nationale