Aller au contenu principal

La marine britannique a annoncé hier avoir officiellement mis en service le Sea Ceptor, nouveau système surface-air développé par MBDA. La campagne de tirs avait pour mémoire été conduite fin 2017 par la frégate HMS Argyll.

Représentant selon la Royal Navy un investissement de 850 millions de livres, le Sea Ceptor va progressivement équiper les frégates du type 23, le nouveau système remplaçant le Sea Wolf dont elles sont dotées depuis l’origine. La dotation est identique, avec 32 cellules. Après le HMS Argyll, les HMS Westminster et HMS Montrose ont reçu leurs lanceurs verticaux et effectué un tir de qualification. Les 10 autres T23  de la flotte britannique devraient suivre d’ici 2021, avec là aussi un tir prévu après chaque intégration du système, installé à l’occasion d’un arrêt technique majeur des frégates.

 

 

Le Sea Ceptor est issu du programme Common Anti-air Modular Missile  (CAMM), développé par MBDA UK pour les besoins de l’armée britannique. Appelé à succéder au Sea Wolf de la Royal Navy, mais aussi aux ASRAAM et Rapier utilisés par les forces aériennes et terrestres, le CAMM dans sa version navale équipera aussi les futures frégates du type 26. Ce nouveau système a également été commandé pour les deux frégates néo-zélandaises du type ANZAC, ainsi que les trois ex-frégates britanniques du type 23 rachetées par le Chili. Il a aussi été retenu pour équiper les futures corvettes brésiliennes du type Tamandaré.

Missile supersonique à lancement vertical, avec éjection du silo avant allumage du booster, le CAMM mesure 3.2 mètres, pèse 99 kilos et affiche une portée de 25 km, avec une vitesse dépassant Mach 3 et une zone de couverture donnée à 1300 km2. Autonome mais pouvant bénéficier du rafraîchissement en vol des données, il dispose d'un autodirecteur électromagnétique actif et est conçu pour s'opposer à des cibles aériennes rapides, évasives, à faible signature et dotées de contre-mesures modernes.

 

Aller plus loin

Rubriques
Défense
Dossiers
MBDA Royal Navy