Aller au contenu principal

Trois des huit nouvelles frégates du type 26 de la Royal Navy sont désormais en construction. Le chantier BAE Systems de Govan a procédé le 29 juin à la découpe de la première tôle du futur HMS Belfast, lors d’une cérémonie présidée par le prince William. La tête de série, le HMS Glasgow,  dont la réalisation a débuté en juillet 2017, a été réalisée en deux sections, jonctionnées début mai par BAE Systems. Sa mise en service au sein de la flotte britannique est prévue en 2027. Son premier sistership, le HMS Cardiff, a vu sa première tôle découpée en août 2019 et suit avec deux ans d’écart. Il en est actuellement à 40% d’achèvement. Viendront ensuite, après le HMS Belfast, les HMS Birmingham, HMS Sheffield, HMS Newcastle, HMS London et HMS Edinburgh, l’ensemble formant la classe City.

Longues de 149.9 mètres pour 20.8 mètres de large, ces nouvelles frégates afficheront un déplacement en charge d’environ 8000 tonnes. Capables de naviguer à plus de 26 nœuds, elles seront équipées d’un système surface-air Sea Ceptor (48 missiles) et sont conçues pour pouvoir embarquer de nouveaux missiles de croisière et missiles antinavire. Les City disposeront également d’une tourelle de 127 mm, deux canons de 30 mm et deux systèmes multitubes Phalanx. Côté électronique, le radar principal sera un Artisan 3D, les T26 étant aussi dotées, pour la lutte anti-sous-marine (sa mission principale) d’un sonar de coque et un système remorqué à immersion variable (2087, version britannique du Captas 4). Leur hangar est dimensionné pour un hélicoptère lourd et des drones aériens. L’équipage sera de 118 marins, avec une capacité d’accueil de plus de 200 personnes.

 

171950 t26
© BAE SYSTEMS

T26 britannique, classe City (© BAE SYSTEMS)

 

Deux variantes de ce modèle ont été adoptées par l’Australie et le Canada, qui doivent respectivement construire neuf et quinze frégates.

Au Royaume-Uni, les huit T26, d’un coût unitaire de 1.2 milliard de livres sterling (1.4 milliard d’euros) selon la Royal Navy, contribueront à remplacer les treize actuelles frégates britanniques du type 23, mises en service entre 1991 et 2002. La succession de ces bâtiments sera aussi assurée par les cinq nouvelles frégates du type 31, dont la tête de série, le futur HMS Active, doit être mise en chantier d’ici la fin de cette année chez Babcock à Rosyth.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

Aller plus loin

Rubriques
Défense
Dossiers
Royal Navy