Aller au contenu principal

La Royal Navy a officiellement mis en service, le 23 septembre, le HMS Audacious, quatrième de ses sept nouveaux sous-marins nucléaires d’attaque (SNA) du type Astute. Il suit les HMS Astute, HMS Ambush et HMS Artful, qui ont intégré la flotte britannique en 2010, 2013 et 2016. Des bâtiments construits par le chantier BAE Systems de Barrow-in-Furness, au nord-ouest de l’Angleterre. Le cinquième de la série, le HMS Anson, y a été mis à l’eau le 19 avril dernier alors que la construction des deux derniers SNA de ce type, les futurs HMS Agamemnon et HMS Agincourt, se poursuit. Tous doivent être livrés d’ici 2026.

Successeurs des cinq SNA du type Swiftsure (tous désarmés) et des sept Trafalgar (deux sont encore opérationnels), ces nouveaux sous-marins mesurent 97 mètres de long et affichent un déplacement de 7400 tonnes en surface. Equipés d’une chaufferie nucléaire PWR 2 fournie par Rolls-Royce et capables d’atteindre la vitesse de 29 nœuds, ils sont armés par un équipage de 98 marins et peuvent mettre en oeuvre des forces spéciales, avec des logements supplémentaires pour 11 personnes et la possibilité d’installer derrière le kiosque le nouveau module SFPB (Special Forces Playload Bay) conçu pour accueillir différents équipements, dont un mini-sous-marin. Doté des six tubes de 533mm, les Astute peuvent embarquer jusqu'à 38 armes, dont des torpilles lourdes Spearfish et missiles de croisière Tomahawk.

On notera que les premières études pour la succession des Astute a déjà commencé, la Royal Navy ayant annoncé le 17 septembre qu’un contrat en ce sens avait été notifié à BAE Systems et Rolls-Royce. Une étude de 170 millions de livres qui va mobiliser 350 ingénieurs et architectes durant trois ans.

Avant de lancer la construction de ces futurs SNA, qui ne verront pas le jour avant les années 2040, le chantier de Barrow-in-Furness doit achever sous cinq ans le programme Astute. Il enchainera avec les quatre nouveaux sous-marins nucléaires lanceurs d’engins (SNLE) britanniques qui vont succéder aux Vanguard mis en service entre 1993 et 1999. La tête de série, le futur HMS Dreadnought, a vu sa construction débuter officiellement en octobre 2016 en vue d’une livraison prévue en 2028. Il sera suivi par le HMS Valiant, dont les premières tôles ont été découpées en septembre 2019. Viendront ensuite les HMS Warspite et HMS King George VI.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

Aller plus loin

Rubriques
Défense
Dossiers
Royal Navy