Aller au contenu principal

Troisième des quatre OPV 87 vendus en 2019 par Naval Group à l’Argentine et seconde unité neuve de cette série, le Storni a été livré mercredi 13 octobre lors d’une cérémonie à Concarneau. Il suit le Piedrabuena, réceptionné par la marine argentine en avril dernier, alors que le Cordero, mis à l’eau le 21 septembre, doit être achevé en avril 2022.

Ces patrouilleurs neufs rejoignent le Bouchard (ex-L‘Adroit), prototype du modèle OPV 87 développé sur fonds propres par Naval Group et qui avait été mis à disposition de la marine française de 2011 à 2018. Après rénovation et adaptation aux standards de son nouveau propriétaire à Toulon, il avait rejoint l’Argentine début 2020.

 

263493 opv argentine storni
© NAVAL GROUP

Cérémonie de livraison du Storni hier à Concarneau (© NAVAL GROUP)

263492 opv argentine storni
© NAVAL GROUP

Cérémonie de livraison du Storni hier à Concarneau (© NAVAL GROUP)

 

La construction des trois bâtiments neufs a quant à elle été confiée à Kership, société commune de Piriou et Naval Group. Alors que le Piedrabuena a été intégralement réalisé par le site concarnois de Piriou, les coques des deux autres ont été produites par le chantier Kership de Lanester, près de Lorient, puis remorquées à Concarneau pour être armées.

Longs de 87 mètres pour une largeur de 14 mètres, les OPV 87 affichent un déplacement en charge de 1650 tonnes. Capables de dépasser la vitesse de 20 nœuds et de franchir plus de 7000 milles à allure économique, avec une autonomie de trois semaines en haute mer, ils peuvent accueillir jusqu’à 59 personnes.

 

246590 opv argentin piedrabuena
© MARC OTTINI

Le Piedrabuena (© MARC OTTINI)

 

Ces bâtiments sont équipés d’un radar de surveillance Terma 6002 placé sous radôme dans une mâture unique, un radar de surveillance Wärtsilä, un système optronique Vigy Observer (Safran), ainsi que trois canons téléopérés : un affût de 30 mm Leonardo Marlin à l'avant et deux mitrailleuses de 12.7 mm Reutech Sea Rogue en arrière de l'aileron panoramique faisant le tour de la passerelle. A partir de celle-ci, les marins peuvent également mettre en oeuvre deux canons à eau latéraux qui servent de moyens d'action non létaux. Les senseurs et l’armement sont gérés par un système de lutte Polaris de Naval Group.

Les bâtiments peuvent mettre en œuvre deux embarcations semi-rigides de 9 mètres via des rampes à l’arrière, et disposent d’une plateforme pour un hélicoptère de 10 tonnes et un abri pour une machine de classe 5 tonnes. Par rapport à l'ex-L'Adroit, la coque des OPV neufs a été renforcée (standard Ice 1C) pour permettre des patrouilles dans l'océan Austral, près de l'Antarctique, alors que la capacité de production d'eau douce a été accrue avec un osmoseur supplémentaire. Un propulseur d'étrave a également été ajouté afin de faciliter les manoeuvres. Les nouveaux patrouilleurs sont équipés de moteurs diesels 16 cylindres (au lieu de 12), en l'occurrence des ABC 16 DZC de 3500 kW. Ils disposent d'alternateurs attelés sur les moteurs de propulsion afin notamment d'alimenter en énergie le propulseur d'étrave. Des ailerons stabilisateurs ont également été ajoutés, alors que le prototype de la série OPV 87 ne disposait que d'un système passif Flume. Une grue a, enfin, été installée sur le pont afin de pouvoir manutentionner du matériel de manière autonome. 

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

Aller plus loin

Rubriques
Défense
Dossiers
Naval Group Chantier Piriou