Aller au contenu principal

Le lundi 28 novembre, le Surcouf, l’une des cinq frégates françaises du type La Fayette (FLF), a retrouvé la base navale de Toulon après avoir participé à l’exercice franco-marocain Chébec en Méditerranée occidentale. Les observateurs attentifs qui ont vu le bâtiment rentrer ont remarqué qu’il ne comptait aucun missile à poste. Ni ses missiles antinavire Exocet MM40, dont les deux sellettes pouvant accueillir chacune quatre armes étaient vides, ni le système surface-air Crotale dont aucun des huit conteneurs normalement en batterie n’était en place. Une situation très inhabituelle, les bâtiments de combat de la Marine nationale ayant l’habitude, même pour de courtes missions, d’emporter une dotation minimale en missiles, au cas notamment où ils devraient en urgence être déployés dans une zone à risque.

Aller plus loin

Rubriques
Défense
Dossiers
Marine nationale