Aller au contenu principal

Les capacités de l’avion de combat embarqué de la Marine nationale continuent d’être modernisées. Le ministère des Armées a, ainsi, annoncé la livraison à l’aéronautique navale d’une 10ème nacelle de ravitaillement de nouvelle génération (NARANG). Par rapport à son aîné, ce système offre des capacités nettement accrues, comme la possibilité de délivrer 1000 litres de carburant par minute (contre 600), un débit très supérieur qui permet de réduire le temps de ravitaillement en vol. Il présente aussi une meilleure résistance aux chocs liés aux appontages, permettant à l’avion qui en est doté d’apponter avec une vitesse verticale plus élevée (> 6 mètres par seconde). L’emploi d’une NARANG n’est ainsi plus un facteur limitant, alors que l’ancienne nacelle oblige à se poser sur le porte-avions avec une vitesse maximale de 5 mètres par seconde. Différents capteurs (autotests, aide à la localisation de panne) ont, par ailleurs, été intégrés à la nouvelle nacelle, afin d’optimiser sa maintenance et accroître son taux de disponibilité.

 

256933 rafale nounou
© DGA

Rafale Marine doté de la nacelle NARANG (© : DGA)

224529 rafale
© MARINE NATIONALE - PAUL-DAVID COTTAIS

(© : MARINE NATIONALE - PAUL-DAVID COTTAIS)

 

C’est en 2011 que le développement de la NARANG a été confié à la société Zodiac Aerotechnics, rachetée en 2018 par le groupe Safran. En tout, 16 nacelles de nouvelle génération ont été commandées, la première étant livrée en octobre 2019. « L’objectif, qui était de disposer de 10 nacelles avant le prochain déploiement du Charles de Gaulle, est atteint. Les 6 dernières arriveront en 2022 », précise Hervé Grandjean, porte-parole du ministère des Armées.

Ces nacelles sont un outil crucial pour le groupe aérien embarqué sur le porte-avions, puisqu’il permet, sans avoir besoin de recourir à de gros avions ravitailleurs, d’accroître l’autonomie en vol des avions de combat. Cette fonction, dite « nounou », est aujourd’hui employée pour permettre à un Rafale Marine doté de la nacelle d'approvisionner en carburant d’autres avions de ce type en mission de combat, qu'il s'agisse de Rafale Marine ou de Rafale Air. A terme, elle servira aussi à ravitailler les futurs avions de guet aérien E-2D Advanced Hawkeye de l’aéronautique navale française, qui seront dotés d’une perche de ravitaillement. Ce qui n’est pas le cas avec les actuels E-2C.

En dehors de la NARANG, on notera que la Marine nationale a également reçu, pour ses Rafale, un 15ème pod TALIOS, système optronique permettant de détecter et identifier des cibles à longue distance, ainsi que d’effectuer la désignation d’objectifs pour les armements. Développée par Thales et succédant au pod Damoclès, le TALIOS offre des capacités d’observation supérieures de 50% et permet de discriminer une silhouette humaine (civil ou combattant) à plusieurs kilomètres.

 

198983 rafale talios
© THALES

Le pod TALIOS (© : THALES)

 

Ces nouveaux équipements font partie du standard F-3R du Rafale, qui a fait ses débuts en 2019 et dont la mise en service opérationnelle a été prononcée en 2021 dans la Marine nationale.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

Aller plus loin

Rubriques
Défense
Dossiers
Marine nationale Safran Electronics & Defense Thales