Aller au contenu principal

Le chef d’état-major de la Marine nationale, l’amiral Vandier, et le chef d’état-major de l’armée de l’Air, le général Lavigne, ont prononcé le 8 mars la mise en service opérationnelle du nouveau standard F-3R du Rafale, employé depuis la terre et le porte-avions Charles de Gaulle.

Ce nouveau standard apporte notamment une amélioration de l'identification et de la désignation des cibles au sol grâce au pod de désignation laser Talios conçu par Thales (qui succède à Damoclès), mais aussi de nouvelles capacités offensives avec l’intégration de la bombe de 500kg GBU-16 ainsi que le nouveau missile de supériorité aérienne Meteor de MBDA, arme à longue portée (une centaine de km) couplée au radar à balayage électronique et antenne active RBE2 AESA. Ce dernier a d’ailleurs été amélioré dans le cadre du passage au nouveau standard, de même que le système de guerre électronique Spectra. Le standard F-3R comprend aussi la nacelle de ravitaillement en vol nouvelle génération (NARANG).

Au sein de la Marine nationale, la première des trois flottilles de chasse de l’aéronautique navale à être passée sur au Rafale F3-R a été la 11F en 2019. Elle a été suivie en 2020 par la 17F. Quant à la 12F, elle doit les rejoindre cette année, sa transformation sur ce nouveau standard ayant débuté l’été dernier. Le Rafale Marine F3-R intégralement qualifié connait actuellement son premier déploiement sur le porte-avions, qui évolue avec le groupe aéronaval au Moyen-Orient : « Alors que le groupe aérien embarqué est à bord du Charles de Gaulle pour la mission Clemenceau 21, c’est l’intégralité des capacités apportées par ce nouveau standard qui peuvent dorénavant être employées en opérations, à terre comme en mer depuis le Charles de Gaulle », souligne la Marine nationale. Le bâtiment embarque pour cette mission une vingtaine de Rafale, ainsi que deux avions de guet aérien Hawkeye et des hélicoptères.

Dans le cadre d’une évolution constante du Rafale, un prochain standard, le F4, est prévu pour 2025. Il devra répondre à la problématique du développement des concepts de déni d’accès. L’objectif est d’accroître les opérations en réseau grâce à une connectivité améliorée (nouvelles liaisons satellite et intra-patrouille, serveur de communication, radio logicielle) et d’accélérer le cycle de décision et d’engagement. Les capacités offensives comme défensives de l’avion face aux nouvelles menaces seront accrues. Le F4 comprendra une évolution de la motorisation ainsi que des capteurs et armements, avec notamment le missile Mica NG et l’Armement Air-Sol Modulaire (AASM) de 1000 kg.

La Marine nationale aligne à ce jour 41 Rafale, un 42ème appareil, en fait le premier de série (M1) ayant été sorti de la flotte pour être employé à des fins d’expérimentations en vol de nouveaux équipements. Dans le cadre de la dernière commande en date de Rafale pour les forces armées françaises, il reste un appareil en version navalisée à livrer. Il devrait rejoindre l’aéronautique navale en 2022.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

Aller plus loin

Rubriques
Défense
Dossiers
Marine nationale