Aller au contenu principal

Les HMS Ramsey et HMS Blyth, deux des sept derniers chasseurs de mines du type Sandown de la Royal Navy, ont été retirés du service début août à l’issue d’une cérémonie dans le port écossais de Rosyth. Les deux bâtiments, qui étaient basés à Faslane, quittent la flotte britannique mais ne vont pas être désarmés. Après remise à niveau, ils seront en effet transférés à l’Ukraine, a confirmé la Royal Navy. La cession de deux Sandown à la marine ukrainienne avait été confirmée en juin dernier (mais on ne savait pas alors de quelles unités il s’agissait) dans le cadre d’un partenariat naval entre Londres et Kiev. L’accord porte également sur un projet de construction de huit patrouilleurs lance-missiles d’une soixantaine de mètres, dont le modèle n’est pas encore connu.

Mis en service en 2001, les Ramsey et Blyth font partie d’une série de douze chasseurs de mines construits pour la marine britannique (ils ont été livrés à partir de 1989). Trois d’entre eux (Sandown, Inverness et Bridport) ont été vendus en 2006 à l’Estonie, alors que le Cromer a cessé ses opérations en 2001 pour être transformé en plateforme d’instruction à quai au profit du Britannia Royal Naval College (il a été renommé Hindostan). Enfin, le Walney a été désarmé en 2010. Sont encore opérationnels au sein de la marine britannique cinq unités de ce type, les Penzance, Pembroke, Grimsby, Bangor et Shoreham.

Longs de 52.5 mètres pour une largeur de 10.9 mètres et un déplacement de 600 tonnes, ces chasseurs de mines construits en matériaux composites peuvent atteindre la vitesse de 13 nœuds et sont armés par une quarantaine de marins, dont des plongeurs-démineurs. Ils sont équipés d’un sonar de coque et de robots télé-opérés Seafox pour la neutralisation des mines.

Trois autres unités du type Sandown ont également été réalisées au Royaume-Uni pour la marine saoudienne, qui les a mises en service entre 1991 et 1997. L’Espagne a quant à elle produit six bâtiments dérivés du modèle britannique, qui ont été livrés à l’Armada entre 1999 et 2005.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

Aller plus loin

Rubriques
Défense
Dossiers
Royal Navy