Aller au contenu principal

Premier radar naval à faces planes développé en France, le Sea Fire, qui équipera les futures frégates de taille intermédiaire (FTI) de la Marine nationale, est entré en production sur le site Thales de Limours (Essone).

Radar multifonctions entièrement numérique, le Sea Fire est doté de quatre antennes à panneaux fixes. Il permettra d’assurer la défense aérienne étendue des bâtiments face aux menaces aériennes et de surface conventionnelles, asymétriques ou émergentes. « Ce concept de radar résulte de trois années d’études amont soutenues par la DGA sur les technologies et l’architecture en matière de radars. Il répond parfaitement à l’évolution des besoins et des menaces auxquelles doit faire face la Marine nationale, en particulier les missiles supersoniques. Thales met toute son expertise en matière de Big Data et de Cybersécurité au service de ce radar numérique à la pointe de la technologie. Le développement de nouveaux logiciels permettra notamment au Sea Fire de gagner en performances et en fiabilité opérationnelle tout au long de son cycle de vie », explique Thales.

Un premier radar sera installé en 2019 à Saint-Mandrier sur le site d’expérimentation des systèmes de défense antiaérienne de DGA Techniques navales pour y être qualifié. Thales prévoit pour le programme FTI de livrer un premier Sea Fire au site Naval Group de Lorient en 2020. La première des cinq FTI doit être livrée par Naval Group en 2023 en vue d’une admission au service actif en 2025. Les quatre autres unités de cette série suivront d’ici 2030.

 

180540 fti
© NAVAL GROUP

Vue des futures FTI (© NAVAL GROUP)

Aller plus loin

Rubriques
Défense
Dossiers
Thales