Aller au contenu principal

La compétition est rude entre les constructeurs européens autour du programme OPC (Offshore Patrol Cutter) des garde-côtes américains. Avec un total de 25 nouveaux cotres à réaliser, il s’agit en effet de l’un des plus gros marchés de la décennie ouvert à la compétition internationale. Avec néanmoins un bémol, puisque quelque soit le lauréat, les bâtiments devront être construits aux Etats-Unis. Les industriels européens s’allient donc à des chantiers locaux afin de décrocher cette commande, évaluée à une dizaine de milliards de dollars. Certes, celui qui s’imposera verra son partenaire américain, qui réalisera les bateaux, emporter la plus grosse part du gâteau. Mais les études et les royalties pour le design représenteront un contrat substantiel. Avec en parallèle non seulement l'aura internationale liée au choix de l’US Coast Guard, mais aussi la possibilité de s’implanter ou de se renforcer durablement sur le juteux marché naval américain.

 

 

73439 opc ulstein coast guard
© ULSTEIN

Le design SX 151 (© ULSTEIN)

 

 

Fin 2012, Ulstein est entré à son tour dans la compétition avec son désormais célèbre design X-Bow à étrave inversée. Le groupe norvégien, qui s’est allié à l’Américain Vigor, propose le SX 151, adaptation des navires de services à l’offshore adoptant le design X-Bow et dont une quarantaine d’exemplaires ont été commandés, le premier (Bourbon Orca), ayant été livré en 2006.  Ces bateaux ont été spécialement conçus pour offrir une grande endurance et une excellente tenue à la mer, avec des coûts d’exploitations optimisés.

Long de 100 mètres pour une largeur de 16.4 mètres, le SX 151peut atteindre la vitesse de 22 nœuds et accueillir 124 personnes. Il dispose d’une plateforme et d’un hangar pour hélicoptère ou drones, ainsi que trois semi-rigides dont les logements et le dispositif de mise à l’eau sont intégrés dans la superstructure. Le système de manutention des embarcations retenu est celui du Norvégien Vestdavit, matériel de pointe conçu pour une mise à l’eau et une récupération rapide  en toute sécurité jusqu’à une mer dépassant force 5.

 

 

73436 opc ulstein coast guard
© ULSTEIN

Le design SX 151 (© ULSTEIN)

 

 

Côté armement, le SX151 proposé à l’US Coast Guard par Ulstein et Vigor est équipé d’une tourelle de 57mm placée devant la passerelle et surmontant l’imposante étrave inversée. Le logement de l’artillerie principale est d’ailleurs complexe sur ce design dont la partie avant est très haute, limitant le champ de battage du canon pour les cibles se trouvant à faible distance. Pour contrer les menaces asymétriques, il est donc prévu de mettre en place de l’artillerie de petit calibre, mitrailleuses et affûts manuels ou télé-opérés, comme un canon de 25mm Mk 38 situé au dessus du hangar.  

 

A l’image de Rolls-Royce, qui a développé une gamme de patrouilleurs hauturiers à partir de ses designs de navires offshores du type UT, Ulstein cherche donc à diversifier son offre. Toutefois, même si le SX 151 a de quoi surprendre le monde militaire, qui n’est pas habitué à ce type d’architecture, le constructeur norvégien n’est pas le seul en lice, loin s’en faut. En plus de la concurrence américaine, Ulstein doit compter avec d’autres compétiteurs européens. Il y a d’abord le Néerlandais Damen, déjà fournisseur de l’US Coast Guard avec les 14 patrouilleurs de la classe Sentinel (type Stan Patrol 4708) réalisés par Bollinger à Lockport et dont les trois premiers exemplaires ont été livrés en 2012. Damen semble travailler sur une évolution des patrouilleurs néerlandais du type Holland (OGPV), avec comme ceux-ci un mât intégré (réunissant les différents senseurs, dont les radars, en une seule structure) développé par Thales.

 

 

73441 sentinel damen coast guard
© USCG

Patrouilleur de la classe Sentinel  (© USCG)

 

73440 opc thales coast guard
© THALES

Modèle dérivé des patrouilleurs néerlandais du type Holland (© THALES)

 

 

Il y a aussi le Français DCNS, qui a annoncé fin 2012 un partenariat avec le chantier américain VT Halter Marine, filiale du groupe VT Systems. Dans ce cas, le design proposé par l’industriel français est dérivé du design des corvettes de la gamme Gowind Combat, dont les premiers exemplaires ont été commandés par la Malaisie.

 

 

73445 opc coast guard
© DCNS

Version dérivée de la corvette Gowind Combat (© DCNS)

 

 

Et on trouve sans doute d’autres candidats, qui ne sont pas forcément encore sortis du bois. Ainsi, l’Italien Fincantieri, dont la filiale américaine FMG réalise les LCS (Littoral Combat Ship) de la classe Freedom destinés à l’US Navy, devrait en toute logique se positionner avec un nouveau design ou une adaptation de modèles développés en Italie.

La concurrence est donc très vive alors que la notification du programme OPC est attendue au plus tôt fin 2014, en vue d’une livraison du premier cotre vers 2019.

Pour mémoire, les 25 nouveaux bâtiments de l’US Coast Guard, qui doivent être réalisés en 15 ans,  sont destinés à remplacer 28 unités de 64 à 86 mètres (14 du type Reliance, 13 de la classe Famous et l’Alex Haley) mises en service entre 1964 et 1991.

 

 

73443 reliance coast guard
© USCG

Cotre du type Reliance (© USCG)

 

73444 bear coast guard
© USCG

Cotre du type Bear (© USCG)

Aller plus loin

Rubriques
Défense
Dossiers
Ulstein