Aller au contenu principal

L’US Navy a décidé de tester son ballon dirigeable MZ-3A pour la lutte contre les trafics illicites dans le golfe du Mexique et aux Caraïbes. L’engin, qui a été positionné sur la base de Fernandina, près de Mayport (Floride), achève un déploiement de deux semaines au sein de la 4ème flotte américaine. L’objectif est de voir comment un tel moyen peut s’intégrer dans le dispositif de surveillance maritime et, plus particulièrement, dans la lutte contre les trafiquants. « Les organisations criminelles transnationales utilisent différentes tactiques pour la contrebande, avec des embarcations rapides et basses sur l’eau, des signatures de communications masquées et une coordination sophistiquée pour acheminer jusqu’aux Etats-Unis des cargaisons illicites. L’une des façons d'améliorer nos moyens de détection dans la zone est d’utiliser des plateformes à grande endurance et capables d’employer une multitude de capteurs. Les dirigeables ont le potentiel pour répondre à ce besoin opérationnel »,  explique le contre-amiral Sinclair M. Harris, commandant des forces navales américaines du sud au sein de la 4ème flotte US.

 

 

73605 ballon dirigeable mz-3a
© US NAVY

Le MZ-3A (© : US NAVY)

 

 

L’avantage du dirigeable est sa grande autonomie mais aussi son importante capacité d’emport, qui lui permet de patrouiller longtemps sur une vaste zone et de mettre en œuvre différents moyens de détection et d’identification. Par rapport aux vecteurs aériens de surveillance maritime traditionnels, avions et hélicoptères, il se révèle en outre très économique. Mais il est évidemment beaucoup plus lent. Il pourrait donc s’intégrer au dispositif aéronaval de manière complémentaire, en permettant pour les missions de routine d’économiser des heures de vol sur les avions, qui seraient alors concentrés sur des tâches prioritaires et des actions nécessitant une grande rapidité d’intervention. L’US Navy, qui traverse actuellement une période budgétairement difficile, s’intéresse de près au potentiel du dirigeable. « Dans l’environnement fiscal actuel, la 4ème flotte regarde avec intérêt les solutions novatrices, rentables et permettant de combler les trous capacitaires causés par les restrictions budgétaires. L'une des solutions potentielles est d'utiliser la technologie des dirigeables », confie l’amiral Harris.

 

 

73603 ballon dirigeable mz-3a
© US NAVY

Le MZ-3A à Fernandina (© : US NAVY)

 

 

Long de 55 mètres et propulsé par deux moteurs de 180cv, le MZ-3A a été réalisé par American Blimp Corporation. Entré en service en 2006 au sein de l’US Navy, cet engin peut franchir 350 nautiques et embarquer 10 personnes. Son autonomie à la vitesse de 45 noeuds est de 15 heures. On notera qu’il a été déployé en juillet 2010 dans le golfe du Mexique afin de soutenir le dispositif de lutte contre la pollution mis en place après l’accident de la plateforme Deepwater Horizon.

Dans d’autres pays, le recours à des dirigeables modernes pour les opérations de surveillance maritime est également étudié. C’est le cas, en France, avec la société Aero-Nautic Services & Engineering (A-NSE), qui a testé en 2012 depuis la base d'aéronautique navale d'Hyères l’A-N 400, un démonstrateur de 25 mètres de long dont le ballon présente un volume de 400 m3 (voir notre article à ce sujet).

 

 

73606 an-400 dirigeable
© A-NSE

L'A-N 400 testé à Hyères en septembre 2012 (© : MARINE NATIONALE)

 

 

Aller plus loin

Rubriques
Défense
Dossiers
US Navy / US Coast Guard