Aller au contenu principal

De retour de son premier déploiement opérationnel, qui l’a conduit jusqu’en Asie, le nouveau porte-avions de la Royal Navy, peu après avoir franchi le canal de Suez, a perdu hier matin l’un de ses appareils. Un avion de combat F-35B s’est crashé en Méditerranée, a annoncé le ministère britannique de la défense, qui précise que le pilote a pu s’éjecter et a été ramené à bord du bâtiment. Il s’agit d’un officier britannique, dont l’appareil appartenait au 617 Squadron de la Royal Air Force. Cet escadron comptait huit avions de ce type à bord du HMS Queen Elizabeth, qui a également embarqué pour ce déploiement dix F-35B américains du VMFA-211 de l’US Marine Corps. Londres n’a pas donné plus de précisions pour le moment, indiquant que l’enquête se poursuivait afin de connaitre les causes de l’accident, qui n’a pas entrainé d’arrêt des opérations aériennes sur le porte-avions.

 

255254 hms queen elizabeth f-35b
© ROYAL NAVY

(© ROYAL NAVY)

 

Cette perte est évidemment un coup dur pour la marine britannique qui, dans le sillage de la politique « Global Britain », a pu capitaliser ces derniers mois sur la mission de son nouveau groupe aéronaval, constituant la plus puissante force aéromaritime déployée par la Royal Navy depuis la guerre des Malouines. Ce crash vient de plus diminuer un parc de F-35B encore très réduit puisque le Royaume-Uni n’a reçu à ce jour que 21 appareils de ce type, qu’il faut répartir entre le HMS Queen Elizabeth et son jumeau le HMS Prince of Wales en pleine montée en puissance. Sans oublier les indisponibilités pour maintenance. C’est la raison pour laquelle un groupe aérien mixte américano-britannique, avec l’appoint de F-35B de l’USMC, avait été constitué pour le premier déploiement du HMS Queen Elizabeth, débuté fin mai et qui s’achèvera d’ici décembre.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

Aller plus loin

Rubriques
Défense
Dossiers
Royal Navy