Aller au contenu principal

Le Standing Nato Mine Countermeasures Groupe 1 (SNMCMG 1) fait actuellement route vers la Méditerranée. Cinq des sept bâtiments de cette force de guerre des mines de l’OTAN, arrivés à Brest le 2 octobre, ont quitté la pointe Bretagne mercredi. Un départ légèrement retardé par rapport au planning initial du fait d’une sérieuse dégradation des conditions météo dans le golfe de Gascogne en début de semaine. Le bâtiment de soutien logistique belge Godetia, navire amiral du SNMCM 1, ainsi que les chasseurs de mines HMS Grimsby (Royaume-Uni), Talivaldis (Lettonie), Admiral Cowan (Estonie) et Hinnøy (Norvège) ont donc laissé passer la tempête avant de quitter la Bretagne avant-hier et mettre le cap vers Gibraltar et la Méditerranée. Ils devraient être rejoints en cours de route par les chasseurs de mines Bad Rappenau (Allemagne) et Schiedam (Pays-Bas), apparemment retardés à cause de problèmes techniques.

 

124027 SNMCMG1 godetia belgique
© MICHEL FLOCH

Le Godetia (© : MICHEL FLOCH)

124028 SNMCMG1 admiral cowan estonie
© MICHEL FLOCH

L'Admiral Cowan (© : MICHEL FLOCH)

124029 SNMCMG1 grimsby sandown
© MICHEL FLOCH

Le HMS Grimsby (© : MICHEL FLOCH)

124031 SNMCMG1 lettonie talivaldis
© MICHEL FLOCH

Le Talivaldis (© : MICHEL FLOCH)

 

L’ensemble de la force doit participer prochainement, en Méditerranée, à un exercice majeur de l’OTAN. Baptisées Trident Juncture 2015, ces manœuvres de grande ampleur vont réunir 30 nations de l’Alliance atlantique et de ses alliés, avec d’importants moyens maritimes, aériens et terrestres, ainsi que des forces spéciales. Des organisations internationales et non-gouvernementales seront aussi impliquées. En tout, 36.000 militaires et civils vont être sur le pont pour cet exercice. Celui-ci servira notamment à qualifier l’Allied Joint Force Command de Brunssum, aux Pays-Bas, qui sera chargé de conduire en 2016 la force de réaction rapide de l’OTAN (NRF), si celle-ci est activée. 

Aller plus loin

Rubriques
Défense