Aller au contenu principal

Signe de la remontée en puissance progressive des capacités sous-marines du Canada, le Windsor est actuellement déployé en Méditerranée, où il a notamment retrouvé le SNMG 2, l’un des groupes navals de l’OTAN. Le Windsor (ex-Unicorn) est l’un des quatre anciens sous-marins britanniques du type Upholder, mis en service entre 1990 et 1993 puis rachetés par le Canada en 1998.

Ces bâtiments ont connu de nombreux problèmes et leur remise en service fut une entreprise longue et onéreuse. Après 8 ans de travaux, le Windsor est redevenu opérationnel en 2015, année où fut enfin prononcée l’admission au service actif du Chicoutimi (ex-Upholder), victime d’un incendie mortel lors de son transfert fin 2004.

Mais il a fallu arrêter le sous-marin dès 2016, de même que le Victoria (ex-Unseen qui n’était opérationnel que depuis 2012) suite à de nouveaux problèmes. Quant au Corner Brook (ex-Ursula), gravement endommagé en 2011, il ne devrait revenir en flotte que cette année.

La situation s’améliore cependant. Remis en service, le Chicoutimi a appareillé en septembre dernier pour un déploiement inédit de 197 jours, le plus long effectué jusqu’ici par un sous-marin canadien. Naviguant jusqu’en Asie, le bâtiment et ses 59 membres d’équipage sont rentrés la semaine dernière (21 mars) à leur base d’Esquimalt. Quant au Windsor, qui détenait le précédent record (101 jours de mission en 2015), il est donc lui aussi pleinement opérationnel, permettant de le déployer jusqu’en Méditerranée.

 

Diaporama

 

La succession de ces sous-marins, qui pourraient bénéficier à partir de 2020 d’une importante modernisation afin de pouvoir naviguer jusqu’en 2030, n’est pas encore décidée.

Longs de 70 mètres pour un déplacement de 2400 tonnes en plongée, les sous-marins canadiens sont équipés de six tubes de 533mm et peuvent embarquer jusqu’à 18 armes.

 

Aller plus loin

Rubriques
Défense
Dossiers
Marine et Garde-côtière canadiennes