Aller au contenu principal

La Guardia Costiera a lancé un nouveau programme de grands bâtiments hauturiers multifonctions. La tête de série a été commandée le 15 novembre aux chantiers italiens Fincantieri et Vittoria, réunis pour l'occasion en groupement. Un contrat de 80 millions d’euros pour la conception et la réalisation du premier navire, avec une option pour la construction de deux unités supplémentaires.

Appelé UAM (Unità d'Altura Multiruolo), ce nouveau modèle d’environ 85 mètres aura une autonomie de trois semaines et pourra franchir plus de 4800 nautiques. Il sera équipé d’une propulsion diesel-électrique avec deux propulseurs azimutaux à la poupe et deux propulseurs en tunnels à l’avant pour faciliter sa manœuvrabilité.

 

Diaporama orphelin : container

 

L’UAM offrira d'importantes capacités en matière de sauvetage en mer, de lutte contre la pollution et d’assistance aux populations en difficulté. Une vaste plateforme permettra d’accueillir un hélicoptère, sans qu’il y ait toutefois de hangar. Disposant de grands semi-rigides logés dans des niches sur chaque bord, le bâtiment sera équipé d’installations médicales développées et à l’arrière d'un grand pont de travail où pourront être stockés du matériel ou des conteneurs, avec deux grues comme moyens de  manutention. Mais aussi, le cas échéant, à recueillir pour une courte période un grand nombre de personnes, des espaces intérieurs étant également prévus pour les naufragés. La plage arrière pourra aussi accueillir des véhicules qui pourront embarquer et débarquer au moyen d’une rampe à la poupe. Doté de systèmes antipollution (déploiement de barrages flottants et de produits dispersants, récupération d’hydrocarbures…) et de deux canons à eau pour la lutte contre les incendies, le navire sera équipé à l’avant d’un canon téléopéré de 25 mm.

Ces nouveaux UAM vont compléter les patrouilleurs océaniques Luigi Dattilo et Ubaldo Diciotti (94.5 mètres, 3600 tonnes en charge), mis en service en 2013 et 2014. Des bâtiments qui avaient été réalisés par le chantier Fincantieri de Castellammare di Stabia, près de Naples. Ils avaient été commandés à l’époque pour répondre au manque de moyens hauturiers de la Guardia Costiera alors que l’Italie faisait face à l’afflux de migrants venant de Libye.

 

175794 messine guardia costiera luigi dattilo
© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU

Le patrouilleur Luigi Dattilo (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

Les garde-côtes italiens, qui se sont dotés cette année du premier d'une nouvelle série de navires de sauvetage de 33.6 mètres construits au chantier Intermarine de Messine, arment par ailleurs une petite quinzaine de patrouilleurs de 28 à 62 mètres et environ 300 vedettes de 10 à 25 mètres, ainsi que des moyens aériens (avions de surveillance maritime ATR-42 et P166, hélicoptères AB 412 et AW 139).

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

267527 Guardia costiera Intermarine
© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU

Le second des nouveaux navires de sauvetage de la Guardia Costiera en achèvement à flot chez Intermarine cet été (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

Aller plus loin

Rubriques
Défense
Dossiers
Fincantieri