Aller au contenu principal

Il s’agit de combler l’important creux de charge prévu sur le site Naval Group de Lorient et éviter ses conséquences sociales, mais c’est aussi un pari sur les commandes que l’industriel français, avec le soutien de l’Etat, compte engranger sur le marché export. Le programme des frégates de défense et d’intervention (FDI) va, de sources concordantes, être accéléré. La décision doit être entérinée par Florence Parly en comité ministériel d’investissement.

Lorient : une baisse d'activité prévisionnelle de 40% dès la fin de cette année

A défaut d’avoir conclu plus rapidement qu’escompté de nouvelles commandes à l’international, Naval Group demande depuis plusieurs mois l’accélération du programme des cinq frégates de défense et d’intervention (FDI) destinées à la Marine nationale. Leur cadence de production est pour l’heure d’une unité tous les 18

Aller plus loin

Rubriques
Défense
Dossiers
Naval Group Marine nationale