Aller au contenu principal

Une volée d’applaudissements, de chaleureuses accolades, une salle debout pour lui rendre hommage et un final en chanson… C’est ainsi que Francis Vallat a quitté hier ses fonctions de président du Cluster Maritime Français. « J’ai toujours aimé la mer. Grâce à vous j’aime les gens de mer », a-t-il dit au cours d’un ultime discours emprunt de beaucoup d’émotion pour celui qui a tant donné à la cause du maritime. Un moment fort pour Francis Vallat, mais aussi pour les centaines de personnes réunies dans le grand auditorium de la Cité des Congrès de Nantes, où s’est ainsi achevée la 10ème édition des Assises de l’économie de la mer.

C’est sous l’impulsion de cet ancien armateur, inlassable défenseur et promoteur de la communauté maritime, que le CMF a été créé en octobre 2005. A l’époque, il faut bien reconnaitre que cette initiative ne suscitait pas l’enthousiasme qu’elle connait aujourd’hui. A l’exception d’une poignée d’acteurs du maritime, convaincus  dès le début de la pertinence d’une structure capable de fédérer les différentes filières pour les rendre plus fortes et plus visibles, tout en portant plus vigoureusement les problématiques maritimes au plus haut niveau de l’Etat, les sceptiques étaient nombreux. Neuf ans après, le Cluster s’est imposé comme un outil incontournable. Sous sa bannière, et en lien avec les organisations professionnelles, la communauté maritime française parle désormais d’une même voix, dispose d’un interlocuteur reconnu auprès des pouvoirs publics et offre un espace d’échanges et de coopération qui a prouvé son efficacité.

 

96238 francis vallat assises
© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU

L'équipe du Cluster Maritime Français (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

Une réussite que l’on doit à toute l’équipe du CMF, aujourd’hui composée de Philippe Perennez, Marie-Noëlle Tiné, Alexandre Luczkiewicz et Emmanuel-Marie Peton. Avec à la barre, pendant neuf ans, un capitaine d’exception car des personnalités comme Francis Vallat, il n’y en a pas beaucoup. Volubile et intarissable quand il s’agit de parler de la mer, ainsi que des activités et communautés humaines qui en dépendent, le fondateur du CMF, pour faire avancer les dossiers, a su mobiliser un vaste réseau et toutes les énergies disponibles. Il n’a pas hésité à faire le siège des administrations, cabinets ministériels et instances européennes, avec une rare opiniâtreté, revenant sans cesse à la charge pour obtenir gain de cause. Une détermination qui s’est soldée par de belles victoires pour le maritime. Même s’il a toujours fait du dialogue et de la concertation son cheval de bataille, mettant tout en œuvre pour favoriser l’émergence d’un travail constructif entre les professionnels, les pouvoirs publics et les associations, Francis Vallat n’a pas hésité, quand il le fallait, à monter au créneau avec force. Connu pour son franc parlé, il aura d’ailleurs secoué quelques cocotiers dans des univers bien policés. Avec parfois de mémorables coups de gueule qui, malgré l’agacement de certains, auront dans bien des cas permis d’installer un rapport de force bénéfique pour le monde maritime.

 

96236 francis vallat assises
© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU

Passage de témoin lors de la côture des Assises (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

Un monde maritime qui lui a manifesté hier sa reconnaissance et a salué un homme qui peut être fier du travail accompli. Bien que rien ne l’y obligeait et que d’amicales pressions ont tenté de le faire rester, Francis Vallat a donc choisi de passer le flambeau. « Il faut du sang neuf », affirme-t-il, estimant qu’il y a un temps où il faut savoir se retirer, même si ce n’est pas de gaité de cœur, comme l’a prouvé sa voix émue durant un discours qui, finalement, parachevait l’œuvre d’une vie. Mais la vie continue et l’engagement de Francis Vallat pour le maritime aussi. En plus d’assurer la présidence du salon Euromaritime, qui se déroulera en février prochain à Paris, il va se consacrer pleinement au réseau des clusters maritimes européens, l’European Network of Maritime Clusters, qu’il a cofondé et compte aujourd’hui dynamiser. Et puis il continuera évidemment à  naviguer dans les eaux du cluster, en tant qu’administrateur et, si besoin, comme conseiller auprès de son successeur. Le passage de témoin s’est déroulé hier soir avec Frédéric Moncany de Saint-Aignan, officier de la Marine marchande et, ces dernières années, président de la Fédération Française des Pilotes Maritimes. Pour sa première intervention publique, le nouveau patron du CMF a brossé le tableau d’une France maritime florissante, avec des ports vivifiés par le développement du transport multimodal et des autoroutes maritimes, des chantiers navals produisant les bateaux innovants et propres qu’attendent les compagnies, la montée en puissance des activités marines, énergies renouvelables, aquaculture, exploitation des grands fonds et pêche durable s’intégrant harmonieusement dans un environnement sensible qu’il convient de préserver… Une vision idyllique vers laquelle la France fait ses premiers pas et qui, dans le sillage de Francis Vallat, constitue l’objectif de Frédéric Moncany de Saint-Aignan. 

Aller plus loin

Rubriques
Divers
Dossiers
Cluster Maritime Français (CMF)