Aller au contenu principal

Un nouveau pallier semble avoir été franchi dans le conflit maritime secret opposant Israël et l’Iran. Le 30 juillet dernier, deux personnes sont mortes à bord du transporteur de produits pétroliers Mercer Street. Il s’agit du commandant roumain du navire et d’un Britannique employé par la société de sécurité Ambrey. Ils ont été tués lors d’une attaque conduite contre leur navire au large d’Oman. Attaque attribuée par les Etats-Unis, mais aussi le Royaume-Uni, la Roumanie, Israël et le Liberia (état de pavillon du tanker de 182.5 mètres de long naviguant à vide) à un drone iranien.

En réalité, le Mercer Street n’a pas été visé une fois, mais trois fois, selon un rapport du Centcom américain, après que des enquêteurs du porte-avions USS Ronald Reagan soient montés à bord. Dès la veille, le 29 juillet, les marins du Mercer Street ont passé des appels de détresse après deux tentatives d’attaque. L’équipage a aussi récupéré de petits débris d’un drone. Finalement, le navire a été touché lors d’une troisième attaque. Un explosif à base de nitrate, du RDX (identifié par une analyse chimique), a ouvert un trou de près de 2 mètres de large dans la timonerie endommageant l’intérieur. Les enquêteurs ont examiné des débris du troisième drone, en particulier un stabilisateur vertical et des composants internes, ainsi que ceux récupérés par l’équipage. « Les experts américains ont conclu sur la base des preuves que ce drone a été produit en Iran », indique le Centcom.  Avec Washington, le Royaume-Uni et Israël ont accusé l’Iran d’avoir mené l’attaque. Téhéran a nié.

 

259088 Mercer Street
© CENTCOM

(© CENTCOM)

259089 Mercer Street
© CENTCOM

Débris du drone. (© CENTCOM)

 

Ce n’est pas la première fois que l’armateur, Zodiac Maritime, de l’homme d’affaires israélien Eyal Ofer, apparaît après une attaque suspecte. Ainsi, un incendie s’était déclaré à bord du porte-conteneurs de 8704 EVP CSAV Tyndall, début juillet, qui avait récemment appartenu à Zodiac Maritime. Il aurait été frappé par un missile.  Par le passé, l’Hyperion Ray et l’Helios Ray, deux rouliers de la compagnie Ray Shipping d'un autre homme d'affaires israélien, Rami Ungar, avaient été touchés au large des Emirats arabes unis. Des attaques attribuées à l’Iran.

Par ailleurs, deux responsables américains ont confié à la chaîne américaine CNN que le Saviz avait été remplacé en mer Rouge par un autre navire, le Beshad. Le Saviz, cargo de 174 mètres de long, avait été endommagé par une explosion suspecte en avril. Selon certaines observateurs, le navire déployé dans la zone depuis cinq ans était utilisé pour des opérations des Gardiens de la Révolution. Un responsable américain anonyme avait rapporté au New York Times que les Israéliens avaient alerté Washington qu’ils avaient frappé le navire, sous la ligne de flottaison, en représailles d’attaques précédentes. La relève a eu lieu en juillet. Le Beshad au début du mois a quitté le port de Bandar Abbas, tandis que le Saviz quittait la mer Rouge, quelques jours plus lard, derrière deux remorqueurs.

Les tensions sont particulièrement vives entre Israël et l’Iran dans le contexte d’un possible accord sur le nucléaire iranien.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

Aller plus loin

Rubriques
Divers