Aller au contenu principal

Euromartime, le salon de l’économie de la mer, a ouvert ses portes ce matin pour la deuxième édition à Paris Expo – Porte de Versailles (hall 6), en même temps qu’Eurowaterways, le premier salon de l’économie fluviale. Le commissaire européen Karmenu Vella, le secrétaire d’Etat Alain Vidalies, la députée européenne Gesine Meissner, et le président d’Euromaritime Francis Vallat ont participé à la cérémonie d’inauguration.

Après une visite de quarante-cinq minutes dans les allées du salon Euromaritime/Eurowaterways 2015, Karmenu Vella, commissaire européen à l’Environnement, aux affaires maritimes et à la pêche, Alain Vidalies, secrétaire d’Etat en charge des Transports, de la mer et de la pêche, Gesine Meissner, députée européenne et présidente de l’Intergroupe mers, rivières, îles et zones côtières au Parlement européen et Francis Vallat, président d’Euromaritime, ont prononcé les discours d’inauguration du salon de l’économie de la mer et du fluvial.

Francis Vallat, président d’Euromaritime, de l’European network of maritime clusters (ENMC) et ancien président du Cluster maritime français (CMF), s’est félicité de la présence du commissaire européen « vert et bleu ». Il a exprimé le souhait que l’Union européenne qui est déjà une puissance maritime sur papier le devienne dans la réalité.

Il a insisté sur la nécessité d’une base de données maritime européenne et d’une réelle organisation maritime transversale à l’échelle européenne, telle que tente de développer l’ENMC.

M. Vallat a aussi annoncé le lancement officiel jeudi du BlueDome, un système anti piraterie développé par Safran.

Alain Vidalies, secrétaire d’Etat en charge des Transports, de la mer et de la pêche a rappelé qu’Euromaritime est le seul salon à rassembler à l’échelle européenne tous les secteurs de l’économie maritime. Il s’est félicité du nombre croissant d’exposants dans le secteur portuaire et l’offshore. Il a insisté sur le fait que la croissance bleue doit se penser dans la perspective européenne en mettant l’accent sur : la croissance et l’emploi, la protection de l’environnement et des milieux marins, et la recherche, l’innovation et l’enseignement maritime.

Une filière navale « adaptée et compétitive est potentiellement créatrice de 60 000 emplois directs en France et dix fois plus à l’échelle européenne, dans 36 régions, a annoncé le ministre.

Le Maltais Karmenu Vella, commissaire européen à l’Environnement, aux affaires maritimes et à la pêche, a souligné que si l’Union européenne était leader mondial dans l’industrie maritime, elle avait aussi le potentiel de le devenir dans les secteurs associés que sont les biotechnologies marines, les énergies marines renouvelables ou encore l’aquaculture.

Il a insisté sur les formidables capacités françaises d’énergie houlomotrice et s’est félicité des projets pilotes développés le long de la côte Atlantique. « Un jour, l’énergie marine renouvelable sera au même niveau que le solaire et l’éolien », a déclaré le commissaire. Le commissaire a conclu sur la nécessité de rendre plus responsables l’aquaculture et la pêche.

Gesine Meissner, députée européenne allemande et présidente de l’Intergroupe mers, rivières, îles et zones côtières au Parlement européen, a souligné que la croissance bleue était le « pilier bleu » de la stratégie EU 2020 pour la croissance et l’emploi.

« L’un des principaux challenge de l’Union européenne est la croissance durable, y compris le tourisme durable », a expliqué l’eurodéputée. Elle a insisté sur la nécessité d’une meilleure connaissance des milieux marins : « les océans sont une source pour les être humains de survivre », a-t-elle ajouté.

 

Communiqué d’Euromaritime et Eurowaterways

Aller plus loin

Rubriques
Divers